Accueil du site > Politique > texte sur les évènements du 31 mars à Rennes

texte sur les évènements du 31 mars à Rennes

vendredi 1er avril 2016

par Jean-Marie Goater

Contexte : Ce texte fait suite aux événements du 31 mars à Rennes, visant au retrait du projet de loi El Khomri et à l’interpellation de l’opposition de droite.

Il est consternant d’entendre et de lire, en ce jour si particulier, certains propos qui visent non pas pas à rassembler mais à diviser, à stigmatiser.
Aucun gouvernement ne peut espérer passer une loi qui cristallise les oppositions et met à jour les frustrations du peuple. Et le bon sens est bien entendu de retirer ce projet de loi El Khomri totalement injuste et incompris.
La contestation dans laquelle nous accule le gouvernement prend aujourd’hui des formes multiples et la réponse du pouvoir central est intranquille.
Sans doute, qu’à l’heure du spectacle et de l’immédiateté, il n’est plus possible de défiler tranquillement entre midi et deux. Sans doute que la fracture entre les institutions de la France, les organisations syndicales et une partie de la jeunesse est trop grande, infranchissable même pour certains.
L’ordre et le désordre sont les deux faces d’une même pièce, au service d’un système qui a peu à voir avec une société civile saine et apaisée. Faire du centre-ville de Rennes une citadelle incite les plus «  héroïques » des jeunes à la conquérir. Ce virilisme symétrique ne favorise que l’excès dans ce qu’il a de pauvre et insensé.
La Mairie de Rennes est notre bien commun, la maison de toutes et tous. Les contestations et les oppositions y ont leur place tant que les salariés qui y travaillent sont respectés. Aux portes fermés, je préfère les portes ouvertes. Notre démocratie est à ce prix.

Il y a 17 mois, Rémi Fraisse est mort au moment même où il agitait les bras pour demander la fin des hostilités. Il me semble important de méditer sur ce fait dramatique. Il ne s’agirait pas de vivre encore une fois un tel drame ici ou ailleurs.
Aujourd’hui, espérer en un monde meilleur, plus démocratique, apte au dialogue, apaisé et bienveillant, devient presque une résistance.
Comptez sur moi, comptez sur nous, écologistes, élus ou non, pour maintenir et approfondir cette aspiration à une transition écologique et social du seul monde dans lequel nous vivons. Et si il faut s’excuser, démissionner, faire amende honorable, pour obtenir cela, je le ferai avec plaisir et gourmandise.

Jean-Marie Goater

Proposer un complément d'infos

SPIP | Par défaut, SPIP notre CMS est respectueux de la vie privée de ses visiteurs et ne pose pas de cookies de traçages ou publicitaires. Suivre la vie du site RSS 2.0