Accueil du site > Syndicalisme / Luttes > Archives Syndicalisme 2006 > samedi 21 janvier à 10h30 place de la Mairie. CF Gomma. La position de (...)

samedi 21 janvier à 10h30 place de la Mairie. CF Gomma. La position de l’Union Syndicale Solidaires 35.

vendredi 20 janvier 2006

Communiqué de presse

SUD Industrie 35 et les autres membres de l’Union Syndicale Solidaires d’Ille-et-Vilaine (SUD Santé-Sociaux, SUD Départementaux, SNUI, SUD Télécom 35, Solidaires Education 35, etc.) appellent à participer à la manifestation en soutien aux salariés de CF-Gomma, samedi 21 janvier à 10h30 place de la Mairie, Rennes.

Nous exigeons :

- aucun licenciement, car l’exemple de STMicroelectronics a une fois de plus montré le leurre que constitue un « plan de reclassement » ;

- la vérité sur les comptes de CF-Gomma, et en particulier sur les mouvements de capitaux internes lors du rachat de l’usine polonaise par l’usine rennaise ;

- que PSA assume ses responsabilités dans les conséquences de l’externalisation d’une usine qui lui appartenait six ans auparavant, et dont il reste le principal client.


CF GOMMA :

A l’origine était PSA

Jusqu’en 1999, l’usine de la Barre Thomas de Rennes était la propriété de Citroën puis de PSA. A cette date, elle est vendue au groupe CF Gomma, implanté à Brescia en Italie, groupe qualifié de « moribond » par la CGT. PSA continue d’être le principal client (95% des commandes) de l’usine de Rennes qui équipe en pièces de caoutchouc et plastique l’industrie automobile. Plus de 2 000 salariés y travaillent faisant de cette entreprise la seconde en effectifs du secteur de l’industrie du Département d’Ille et Vilaine derrière PSA. En chiffre d’affaires, CF Gomma est la 7e entreprise de l’industrie en Bretagne.

CF Gomma, de l’achat d’une usine polonaise

En 2003, l’usine de la Barre Thomas achète sur ordre du groupe CF Gomma une usine du groupe implantée en Pologne (coût : 36 millions d’euros) qui emploie aujourd’hui 1 000 salariés. Opération financière hasardeuse dans un contexte défavorable aux équipementiers automobiles ou volonté délibérée de jouer la concurrence entre travailleurs français et polonais et de dégraisser les effectifs ? Toujours est-il que l’usine de la Barre Thomas commence par ne pas renouveler les contrats des nombreux intérimaires, augmente la productivité, mène une politique de régression salariale, et paye en retard les salaires d’octobre 2005 au cas ou les salariés n’auraient pas compris les difficultés de l’entreprise

au dépôt de bilan.

Le dépôt de bilan était donc dans l’air et n’a malheureusement surpris personne. La nomination d’un administrateur judiciaire et l’ouverture d’une période d’observation de 6 mois mettent au premier plan la perspective d’un plan de reprise sachant que l’usine de la Barre Thomas considère que des licenciements sont incontournables.

Les Collectivités locales, les syndicats face au plan de reprise.

La Ville de RENNES et le Conseil général ont réagi assez rapidement essentiellement en intervenant auprès de PSA pour le Maire de RENNES et en prenant l’initiative d’une table ronde associant les banques, les patrons et les organisations syndicales pour le Conseil général. Le Président du Conseil Général n’hésitait pas à annoncer dès le dépôt de bilan : « on va proposer la création d’une structure d’aide de recherche à l’emploi pour les futurs salariés licenciés » ( !)

Force Ouvrière (héritière de l’ancienne CSL), majoritaire à Gomma, a déclaré que le dépôt de bilan était « inévitable et indispensable » et que cela permettrait de « mieux rebondir afin de pérenniser l’emploi »

La CGT (35% des voix) met l’accent sur la responsabilité de PSA et demande à celui-ci de trouver un « repreneur fiable qui permette à tous les salariés de conserver leur emploi ». Il demande avec insistance par la voix de E. BERROCHE, salarié de Gomma et adjoint au Maire de Rennes, que la clarté soit faite sur les comptes de l’usine de la Barre Thomas .

Les organisations syndicales de Gomma disposent objectivement de moyens de pression sur Gomma mais aussi sur PSA. On peut en effet penser qu’une grève à Gomma aurait des conséquences sur la production de PSA.

Et SOLIDAIRES 35 ?

Le dépôt de bilan de CF Gomma ouvre une période de tension dans la situation sociale du pays de Rennes. A coté de Gomma, c’est en effet PSA qui apparaît comme le coresponsable de la situation, autant dire un gros morceau. La perspective de licenciement dans un entreprise de plus de 2 000 salariés n’est pas banale alors que les braises de ST Micro ne sont pas éteintes Solidaires 35 ne peut donc rester l’arme au pied dans une telle situation.

Nous nous situons aux cotés des salariés pour dire :

- vérité sur les comptes de Gomma ;

- PSA-Gomma seuls responsables ;

- pas un seul licenciement.

Union Syndicale Solidaires 35

source site à visiter : http://sud-industrie35.org/

source site à visiter : sud.dx.35

Proposer un complément d'infos

Par défaut, SPIP notre CMS est respectueux de la vie privée de ses visiteurs et ne pose pas de cookies de traçages ou publicitaires. Suivre la vie du site RSS 2.0