Accueil du site > Syndicalisme / Luttes > Votation citoyenne sur les rythmes scolaires à Rennes

Votation citoyenne sur les rythmes scolaires à Rennes

mercredi 4 mars 2015

L’intersyndicale SGEN-CFDT, SNUDI-FO, SE UNSA, CGT Educ’action, SNUIPP-FSU et SUD Education lira la déclaration jointe lors du dépouillement de la votation citoyenne organisée par la ville de Rennes au sujet des rythmes scolaires.

Nous serons présents à 13h00 en mairie de Rennes,

Déclaration

A Rennes, le 4/03/2015

La ville de Rennes a organisé une votation, à propos des horaires dans les écoles, du 2 février au 2 mars 2015. A aucun moment, les enseignants n’ont été informés de ces horaires et seuls les parents ont été invités à participer à cette votation.

C’est inadmissible !

C’est pourquoi l’ensemble des organisations syndicales représentatives de l’éducation nationale a pris l’initiative d’organiser une votation parallèle auprès des enseignants et des EVS-AVS de la ville de Rennes, sur la base des quatre scénarios proposés et en laissant la possibilité à nos collègues d’y joindre leurs propres commentaires. A ce jour, 44 écoles ont répondu à cette invitation. D’ores et déjà, il apparaît que bon nombre de nos collègues déplorent que les quatre scénarios proposés par la ville ne reprennent pas les propositions formulées par les conseils d’école.

Se contenter de déplacer les horaires d’un quart d’heure d’un scénario à l’autre ne semble pas à la hauteur des enjeux, pas plus que de l’investissement humain et financier pour organiser cette votation.

Les résultats s’établissent ainsi : Scénario A : 2,07 % - Scénario B : 4,14 % - Scénario C : 23,45 % - Scénario D : 70,35 %.

Il apparaît clairement que le scénario D, proposant une diminution de la pause du midi et donc de la journée des élèves, emporte une très large majorité des suffrages. Les collègues qui ont fait part de propositions autres que celles proposées, soit rejettent la réforme des rythmes, soit demandent une réduction encore plus importante de la journée scolaire.

Le mécontentement s’est installé dès la mise en place de cette réforme. Il n’ a pas diminué faute d’une réelle écoute des personnels enseignants de la part des autorités municipale et académique.

Par ailleurs, de nombreux collègues ayant répondu à l’enquête IEN font état de la dégradation de leurs conditions de travail.

Proposer un complément d'infos

SPIP | Par défaut, SPIP notre CMS est respectueux de la vie privée de ses visiteurs et ne pose pas de cookies de traçages ou publicitaires. Suivre la vie du site RSS 2.0