Accueil du site > Politique > Utilisation des machines à voter : A quand le moratoire demandé par le Parti (...)

Utilisation des machines à voter : A quand le moratoire demandé par le Parti Socialiste en 2007 ?

vendredi 8 février 2013

Les Alternatifs Bretagne

Depuis 2004, plus d’un million de français sont contraints d’utiliser des machines à voter, système opaque et dont les résultats sont invérifiables. A ce jour aucun débat public n’a eu lieu sur la question du vote électronique. Les machines à voter du fabricant NEDAP (80% du parc installé en France en 2007 !) ont pourtant été largement remises en cause dans la majorité des pays européens tentés par l’aventure de la dématérialisation des scrutins électoraux. En 2012, c’est le gouvernement irlandais qui a décidé de mettre au rebut les 7500 machines à voter NEDAP acquises il y a dix ans pour 54 millions d’euros. Leur fiabilité ne pouvant pas être assurée, elles n’ont jamais été utilisées ! Comble de la gabegie, le gouvernement irlandais a du mettre la main à la poche pour leur destruction.

En 2007, le Bureau National du Parti Socialiste avait alerté sur le manque de fiabilité des machines à voter utilisées en France et demandait clairement et solennellement un moratoire sur leur utilisation lors des scrutins électoraux. Fin décembre 2011, Les Alternatifs avaient adressé une lettre ouverte au Parti Socialiste rappelant son appel à moratoire et invitant les maires socialistes, qui continuent depuis 2004 d’imposer à leurs concitoyens l’utilisation d’ordinateurs de vote, à revenir à l’organisation de scrutins avec urnes transparentes et bulletins papier. Cette sollicitation est restée lettre morte.

Aujourd’hui le Parti Socialiste est au gouvernement et a toute latitude pour mettre en œuvre ce qu’il réclamait en 2007. Aussi solennellement que le Parti Socialiste avait interpellé le gouvernement UMP en 2007, Les Alternatifs demandent aujourd’hui :

- que le Ministre de l’Intérieur Manuel Valls donne instruction aux préfets d’interdire toute utilisation des machines à voter lors des scrutins de 2014.

- qu’un débat national associant à la fois citoyenNEs, associations, partis politiques et parlementaires soit organisé afin d’évaluer les avantages éventuels et les dangers potentiels du vote électronique.

Les Alternatifs Bretagne B.P. 1452 29104 Quimper

29 alternatifs.org

Proposer un complément d'infos

SPIP | Par défaut, SPIP notre CMS est respectueux de la vie privée de ses visiteurs et ne pose pas de cookies de traçages ou publicitaires. Suivre la vie du site RSS 2.0