Accueil du site > Société > Un policier menacé de sanctions pour avoir critiqué les reconduites à la (...)

Un policier menacé de sanctions pour avoir critiqué les reconduites à la frontière

vendredi 23 septembre 2005

Citation :

« Le gardien de la paix Rolland Gatti est aujourd’hui un homme seul. Une enquête disciplinaire vise ce fonctionnaire affecté à la police aux frontières (PAF) de Metz et chargé de la reconduite des étrangers en situation irrégulière. Il encourt une sanction administrative pour avoir contrevenu au « devoir de réserve » auquel sont tenus les policiers.

M. Gatti a critiqué la politique du gouvernement en matière de reconduite à la frontière dans deux entretiens, accordés les 20 et 21 septembre au quotidien Libération et à la radio RMC . Il s’en prenait aux objectifs chiffrés fixés par le ministère de l’intérieur en Moselle. « On expulse à tour de bras, déclarait-il à Libération , on fait les fonds de tiroir. On va chercher tout ce qui peut traîner comme étranger en situation irrégulière. » Ou, plus loin : « Jouer avec des familles pour faire du chiffre, c’est inadmissible. »

Le policier croyait pouvoir tenir ces propos en toute liberté, abrité derrière son mandat de représentant local du Syndicat général de la police (SGP). C’est d’ailleurs à ce titre qu’il s’est exprimé dans les différents organes de presse. Les responsables nationaux du SGP ne l’ont pas entendu de cette oreille. Après avoir pris connaissance des déclarations de leur adhérent, ils l’ont désavoué dans un communiqué rendu public le 20 septembre. « Ces propos n’engagent que M. Gatti et en aucun cas le SGP, est-il notamment écrit. M. Gatti n’est en aucune manière mandaté pour parler en son nom. »

L’un des dirigeants du SGP, le secrétaire général adjoint, Gilles Wiart, a profité d’une commission technique paritaire réunissant les syndicats et le directeur général de la police nationale, Michel Gaudin, le 20 septembre, pour se dire « surpris » des déclarations de M. Gatti. « Je considère que les policiers de la PAF sont des humanistes, affirme M. Wiart. Il n’y a pas d’acharnement de leur part ou d’opérations ciblées. Ils ne font ni plus ni moins qu’exécuter les décisions de justice ou administratives. »

UN RISQUE DE MUTATION DISCIPLINAIRE

M. Gatti a été l’objet d’une première audition disciplinaire, mercredi 21 septembre, à Metz, au cours de laquelle il lui a été demandé de s’expliquer sur ses déclarations. L’administration attend les conclusions de l’enquête pour prendre une décision, qui pourrait être une mutation disciplinaire.

L’incident intervient alors que le ministre de l’intérieur, Nicolas Sarkozy, a placé la lutte contre l’immigration irrégulière au rang de ses priorités. Il l’a redit aux préfets lors d’un discours tenu devant eux, le 9 septembre, précisant que cet objectif devait « constituer le deuxième axe majeur de - leur - action ». M. Sarkozy avait évoqué à nouveau, au cours de cette réunion, les « objectifs chiffrés » de 23 000 éloignements d’étrangers en 2005. « Sur huit mois, 56 % des objectifs ont été atteints, a ajouté le ministre. Il vous reste donc cinq mois pour accentuer l’effort. »

« Les reconduites à la frontière, c’est l’une des choses les plus délicates du métier », témoigne le secrétaire général du syndicat Alliance, Jean-Luc Garnier. « Nous ne sommes pas maître d’oeuvre, dit-il, contestant les propos de M. Gatti, ce sont les juges ou les préfets qui ordonnent. Nous nous contentons d’exécuter les décisions. »

La multiplication des reconduites suscite des difficultés : encombrement des centres de rétention administrative, nécessité d’accomplir plusieurs centaines de kilomètres pour trouver des places aux personnes en attente d’expulsion du territoire... « Il est vrai qu’il est très difficile de trouver des volontaires pour rejoindre les unités spécialisées de la PAF, admet M. Garnier. Ce travail est souvent une source d’ennuis. Pour effectuer les reconduites, le ministère est donc contraint de recourir à des policiers d’autres services, qui sont, en général, plutôt réticents. » Mais qui n’en parlent pas aux médias.

Pascal Ceaux

LE MONDE 23.09.05 »

source le monde

Proposer un complément d'infos

Par défaut, SPIP notre CMS est respectueux de la vie privée de ses visiteurs et ne pose pas de cookies de traçages ou publicitaires. Suivre la vie du site RSS 2.0