Accueil du site > Politique > Texte lu lors de l’AG de Rennes II du jeudi 13 novembre

Texte lu lors de l’AG de Rennes II du jeudi 13 novembre

dimanche 16 novembre 2014

"Il y a déjà deux semaines, Rémy Fraisse est délibérément abattu par un gendarme avec l’une des nombreuses grenades offensives lancés sur la ZAD du Testet. Il ne s’agit ni d’une bavure, ni d’une exception, mais l’aboutissement d’un dispositif mis en place depuis plusieurs mois par les forces de l’ordre face à la montée de l’opposition contre le barrage de Sivens.

Pendant les deux semaines qui ont suivi, malgré les appels au calme, la dissociation des organisations citoyennes, les mensonges de la préfecture et du gouvernement, et le délire médiatique contre les figures fantasmatiques du casseur et du djiadiste vert, les rassemblements se sont multipliés en France. A Rennes, le lendemain de l’annonce de son meurtre, 300 personnes se sont réunies spontanément pour un hommage autour d’un feu devant l’hôtel de police, aux cris de « la prochaine fois, ce sera le commissariat ».

Le jeudi suivant, malgré les fouilles devant l’université et la fermeture du métro, c’est encore un cortège de 400 personnes qui a défilé depuis la dalle Kennedy et s’est affronté aux policiers qui bloquaient en nombre l’accès au centre ville. D’autres manifestations ont eu lieu dans de nombreuses villes, Nantes, Toulouse, Albi, Paris pour ne citer que les plus massives. Chaque fois, les policiers et les vitrines attaquées étaient autant de marques de la colère et du désir de vengeance qui parcouraient ces rassemblements.

La réponse des préfectures a été celle de l’assiégé qui défendrait les centres villes face aux hordes de marginaux ou de barbares sortis des quartiers, en systématisant les interdictions, les contrôles et les fouilles préventives, et en y deployant d’énormes bataillons de flics en armure. Ces mesures n’ont pas empêché une nouvelle manifestation de se tenir samedi dernier dans l’hypercentre de Rennes, où 400 personnes ont bravé l’interdiction et baladé des centaines de policiers et un hélicoptère pendant près de trois heures, en débordant et en faisant parfois reculer les lignes de CRS et de BACs qui tentaient de maîtriser le cortège.

Ne soyons pas dupes.

Si ce rassemblement a été un succès éclatant malgré son interdiction, que les flics se tenaient à distance voire reculaient devant des manifestants à visage découvert sans qu’aucune attaque sérieuse ne leur soit portée, que les boutiques et les stations de métro fermaient sur le passage de personnes sans armes, c’est précisément que les manifestations précédentes assumaient une intensité et une violence politique réelles contre les forces de l’ordre, les institutions et et les entreprises. Ici, les gens qui ont participé et organisé tous ces rassemblements sont les mêmes. Ce qui s’est passé à Rennes est la preuve en actes de la stérilité de l’opposition entre pacifiste et casseur, largement entretenue par les médias et des organisations dépassées par la situation.

Ce qui est doit être pensé pour nous aujourd’hui, c’est comment tenir en échec et faire barrage à la police localement.

A cet égard, ces dernières semaines nous ont montré une nouvelle fois l’acharnement de la préfecture à sanctuariser le centre ville, à en faire une zone vidée de toute opposition politique sérieuse, une citadelle pour les grands et petits commerçants. L’affaiblir, cela pourrait être contester son emprise sur ce centre dont elle veut faire sa forteresse, l’empêcher d’y déployer son dispositif et l’obliger à se replier derrière les murs de son sinistre commissariat central.

Ce serait l’isoler de la population, la décrédibiliser et contester l’existence même du commissariat de la rue de Penhoët, avant-poste et symbole de la guerre de pacification qu’elle mène sur la place Sainte-Anne depuis déjà des années contre tous ceux qui menacent un projet plus large de remembrement du centre de Rennes (EURORENNES, le centre des congrès à St Anne, la fermeture progressive des bars de la rue de la Soif, le harcèlement que subissent les fêtards, ou encore l’organisation des soirées dazibao pour des jeudis soirs bien encadrées par la municipalité).

Mettre en échec la police ici et maintenant, c’est se donner les moyens d’entraver les opérations cartables, les rafles de sans-papiers, les contrôles dans le métro menés main dans la main avec les contrôleurs, et faire payer à la STAR sa stratégie de collaboration active avec les forces de l’ordre.

C’est multiplier les AG et les manifestations, malgré les interdictions, les fermetures administratives et le blackout que les autorités tentent de mettre en place autour de ce mouvement de révolte.

Pour Rémy, pour les autres, faisons reculer la police !"

Contact :

le.clou riseup.net

Proposer un complément d'infos

SPIP | Par défaut, SPIP notre CMS est respectueux de la vie privée de ses visiteurs et ne pose pas de cookies de traçages ou publicitaires. Suivre la vie du site RSS 2.0