Accueil du site > Syndicalisme / Luttes > Souffrance au travail au CHU de Rennes

Souffrance au travail au CHU de Rennes

jeudi 23 novembre 2017

Le gouvernement Macron / Philippe défend en ce moment le plus gros plan de coupes budgétaires de l’histoire de notre Sécurité Sociale. Dans le même temps, l’hôpital public craque de toute part et de nombreux collègues epuisé.e.s n’ont d’autre recours que le suicide comme ultime cri d’alarme.

Le CHU de Rennes ne fait pas exception, il est malade des plans successifs d’économie, à la veille d’une restructuration majeure (fermeture de l’Hôpital Sud et regroupement sur Pontchaillou). Les équipes de services de Médecine Interne, de soins aux nourrissons, d’orthopédie, de traumatologie, d’ophtalmologie déjà malmenées par des restructurations, ont envahi les instances du CHU pour dénoncer le manque dramatique de moyens et ce qui en découle : Épuisement, précarité dans la sécurité des soins, impossibilité de prendre ses congés, explosion du nombre d’heures supplémentaires (ni payées, ni récupérées).

Face à la Direction ils ont évoqué le risque de suicides dans les équipes ! A cela la Direction n’offre que des « remerciements pour les efforts » et une vague promesse de « Vigilance »…

Bon nombre d’autres services sont également en souffrance et se mobilisent : Les urgences, la gériatrie, le centre de soins dentaires … Sans parler d’un malaise général palpable chez la majorité des hospitalier.e.s.

En tant qu’organisation syndicale, SUD portant les revendications de nos collègues, refuse d’attendre que les drames se produisent. Nous souhaitons ici alerter l’opinion publique et les élu.e.s sur la nécessité IMPÉRIEUSE de prendre des mesures politiques d’urgence, nationales pour l’ensemble de l’Hôpital public et redonner à notre société riche et moderne les moyens d’un service public de qualité.

Le Syndicat SUD Santé Sociaux du CHU

Contact : syndicat.sud chu-rennes.fr

Proposer un complément d'infos

SPIP | Par défaut, SPIP notre CMS est respectueux de la vie privée de ses visiteurs et ne pose pas de cookies de traçages ou publicitaires. Suivre la vie du site RSS 2.0