Accueil du site > Syndicalisme / Luttes > Archives Syndicalisme 2005 > SNCM : les syndicats se divisent après l’échec de leur grève

SNCM : les syndicats se divisent après l’échec de leur grève

vendredi 14 octobre 2005

SNCM : les syndicats se divisent après l’échec de leur grève

LE MONDE

MARSEILLE, BASTIA de nos correspondants régionaux

Il est 12 h 05 jeudi, quand commence le dépouillement des votes, dans la salle de cinéma du Méditerranée , où s’est déroulé le scrutin sur la reprise du travail à la SNCM. La question a été posée aux grévistes : « oui à la reprise du travail et non au dépôt de bilan » ou « non à la reprise et oui au dépôt de bilan ».

Les jours de grève ne seront pas payés

Dominique de Villepin a réaffirmé, vendredi sur Europe 1, que les jours de grève à la SNCM « ne seront pas payés ». « Nous l’avons dit depuis le début. C’est un principe dans notre pays, il y a des droits, mais il y a aussi des devoirs » , a expliqué le premier ministre. Toutefois, M. de Villepin a ajouté qu’il était conscient que les familles des salariés pourront rencontrer de « graves difficultés ». Il a donc assuré que « des aménagements et des étalements » de retenues de salaires pourront être organisés.

Marc Ferro, président de la mutuelle des marins, égrène du haut de la tribune les réponses qu’il lit sur les bulletins : « Oui ! Oui ! Oui ! Non... » A 12 h 40, il lance : « Les gars, faites venir tous ceux qui sont sur le pont. » Puis, il compte : « Votants, 592, Oui, 519, Non, 73. »

La reprise est votée à 87 %. Un silence, quelques cris étouffés, deux applaudissements isolés, et de nouveau le silence. Un marin au cou tatoué se précipite sur le micro : « Je demande de ne pas applaudir. » Et puis : « Par contre, vous pouvez applaudir la grève que vous avez menée et les prochaines luttes qu’on va mener. » La salle explose dans un tonitruant « tous ensemble » .

Le secrétaire de la CGT-Marins, Jean-Paul Israël, annonce alors une manifestation vers la préfecture pour « obtenir un protocole de sortie de conflit avec tout ce que cela comporte ». Ce qui signifie notamment l’étalement du non- paiement des jours de grève.

Les salariés sortent. Beaucoup filent sans mot dire. D’autres se réconfortent dans de petits groupes bavards. Salim Chikhoune, qui a si souvent harangué les foules marseillaises durant les manifestations, s’adresse aux journalistes : « C’est un recul social énorme », dit-il, « c’est 400 emplois qui vont disparaître à Marseille ». Puis il lance : « On a voté entre la peste et la gale, mais on a préféré s’injecter nous-mêmes le médicament pour rester vivants. » Ce qui a été gagné ou perdu dans ce conflit épuisant de vingt-deux jours ? : « On a gardé notre dignité, le droit de continuer à lutter. Mais notre avenir est noir. »

Ses copains approuvent. Jean- Paul Israël annonce pourtant déjà des combats futurs : « C’est dur pour les salariés, mais les repreneurs privés, je leur souhaite du plaisir, car le personnel n’a pas renoncé à combattre. » Bernard Marty, le secrétaire du comité d’entreprise, lâche : « Maintenant, il faut savoir ce qui va se passer en Corse. »

De l’autre côté de la Méditerranée, justement, les grévistes sont tout aussi « amers » et « écoeurés » . Ceux du Syndicat des travailleurs corses (STC) ont mis fin à leur grève. Mais maintenant, au siège de la compagnie maritime, transformé depuis près d’un mois en quartier général, ils montrent leur ressentiment envers les « faux-culs de la CGT » .

Symbole d’une unité syndicale en ruine, une caricature de Jean-Paul Israël a été placardée sur la façade vitrée du « terminal nord » de la compagnie maritime, et barrée d’une inscription « coupable ».

« Ils ont quitté le navire comme des rats », tonne Alain Mosconi. D’ordinaire affable, le leader des marins STC fustige violemment le « vote stalinien de la CGT », qui s’est « mise à genoux devant le gouvernement (...) après avoir promis une détermination sans faille ». Et réaffirme son souhait d’une compagnie maritime régionale.

« DÉGÂTS CATASTROPHIQUES »

« Ils ont beau rendre la CGT responsable, les marins du STC ont eu la même attitude : la reculade. Jamais ils n’auraient pensé que le gouvernement puisse aller aussi loin et menacer d’envoyer 2 500 lettres de licenciements », analyse pourtant un proche du dossier. Selon Blaise Milani, secrétaire général de la CFE-CGC, les deux syndicats vont devoir maintenant « gérer les dégâts catastrophiques sur l’économie locale après quatre semaines de grève qui n’ont pas servi à grand-chose ».

Seul maître à bord pendant le conflit, Alain Mosconi a dû se résoudre à « faire avec » le timide soutien des autres responsables du STC, en particulier dans le sud de l’île, hostiles à sa stratégie de rapprochement avec les partis nationalistes.

Alors que le conflit commençait à devenir impopulaire auprès des socioprofessionnels, touchés de plein fouet par le blocus portuaire, et que la mobilisation montrait des signes d’essoufflement, le leader du STC-Marins et ses proches ont été contraints d’occuper, seuls, tous les fronts ouverts par le conflit : les négociations avec les pouvoirs publics à Marseille, la gestion des difficiles relations avec les autres syndicats et les discussions avec les représentants du monde économique insulaire. Maintenant, il va devoir gérer l’après-grève.

Le STC-Marins a fait savoir qu’il ne participera pas à la manifestation prévue samedi 15 octobre à Ajaccio pour « la défense du service public ». Un rendez-vous où le STC a pourtant convié ses adhérents. Dans la nuit de jeudi à vendredi, la préfecture de Bastia a été l’objet d’un tir de roquette. Sans dégât.

par Antoine Albertini et Michel Samson

source : le monde

Proposer un complément d'infos

Par défaut, SPIP notre CMS est respectueux de la vie privée de ses visiteurs et ne pose pas de cookies de traçages ou publicitaires. Suivre la vie du site RSS 2.0