Accueil du site > Politique > Produit en Bretagne, l’escroquerie continue à se dévoiler

Produit en Bretagne, l’escroquerie continue à se dévoiler

samedi 12 février 2011

anars 56

En décembre 2009, nous présentions ici http://anars56.over-blog.org/articl... le label « Produit en Bretagne » sous un regard différent des médias classiques qui en sont les chantres (idéologie commune et recettes publicitaires obligent !). Pour mieux appâter le consommateur et la consommatrice, Produit en Bretagne mène sa communication sur la défense de l’emploi en Bretagne et le développement durable, dans une tentative de blanchiment du capitalisme local. Qu’en est-il ? L’exemple d’Armor Lux, membre actif de Produit en Bretagne, est éloquent. On vous laisse juges...

Extrait d’un article de Ouest France du 21 janvier 2011

http://www.ouest-france.fr/actu/act...

Ouest-France / Bretagne / Quimper

Tunisie : la production Armor-lux perturbée (...)

L’entreprise quimpéroise fait fabriquer là-bas une bonne partie de la production sous-traitée à l’étranger. (...)

La Tunisie occupe une place importante dans l’organisation Armor-lux. Un tiers des vêtements vendus par la marque est fabriqué en France. La Tunisie représente environ 35 % de la production délocalisée. « Nous travaillons avec une dizaine d’usines situées dans la région à l’ouest de Monastir. Ces usines sont la propriété de Français qui ont souvent quitté notre pays dans les années 90, au plus fort de la crise du textile. »

Localement, le salaire minimum est de 250-300 € pour une semaine de travail de 48 heures. Propriétaires français, encadrement partiellement français aussi. « Chacune de ces usines est spécialisée dans un produit : jeans pour l’une, chemises pour l’autre... » (...)

Second problème, le transport. « Deux fois par semaine, des camionneurs français viennent chercher la production. Les camions convergent ensuite vers le port de Tunis. Après un passage aux douanes, les remorques partent pour Marseille. »

Avant de remonter vers le centre de logistique de Quimper. Le système s’est ralenti. Surtout aux douanes car les sociétés d’import-export sont suspectées d’être sous la coupe du clan Ben Ali. (...)

Désormais, la préoccupation des donneurs d’ordres est de respecter le calendrier. « Pour les produits que nous vendons aux différentes administrations, nous disposons d’un petit stock. » Mais les mois de novembre, décembre et janvier constituent la période de pointe pour la fabrication des collections d’été qui seront placées sur les cintres à la fin des soldes d’hiver, en février. (...)

http://anars56.over-blog.org/articl...

4 Messages de forum

  • A mettre en rapport avec la nouvelle campagne «  je relocalise  » de Produit en Bretagne. ChacunE peut ainsi évaluer la véracité (!) de cette publicité ;-)))

    Selon Ouest France du 9 février 2011 : http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-Acheter-breton-c’est-aussi-du-plaisir_40771-1687129-pere-pdl_filDMA.Htm

    « Le réseau Produit en Bretagne, qui rassemble 250 entreprises (100 000 emplois) des cinq départements de la Bretagne historique, va lancer une nouvelle campagne. Le slogan ? « Je relocalise ». Dit autrement : « En consommant Produit en Bretagne, je soutiens l’emploi et l’environnement. » Mettant en avant la dimension plaisir, la campagne va passer par internet et les réseaux sociaux. (...) »

    Répondre à ce message

    • Hier, la noblesse et la bourgeoisie bretonne, exploitaient la classe ouvrière bretonne et furent acteur avec d’autres forces, du génocide culturel qui priva le peuple de sa langue, dans des conditions d’existence misérable, dont ils étaient en partie responsable. ( je ne mésestime absolument pas le premier rôle de l’état français dans ce constat )
      Aujourd’hui, ces même familles, si prompt hier à lâcher le breton pour les affaires, comme l’église par ailleurs , veulent nous vendre leur cam en « stimulant » notre identité bretonne ??? Pour qui se prennent ils.

      Oui au breton, mais pas de tabou, y compris, chez certains camarades « bretonnants de gauche » que je trouve parfois, un peu trop bienveillants envers ces familles d’exploiteurs et de tricheurs, qui n’hésiterons pas à se comporter en maitre , comme ils l’ont fait autre fois, laissant le peuple breton crevé, et débilisé par la religion.

      L’extrême droite ne passera pas, de tout coeur, la droite dure non plus. Qu’elle crève et se vautre. A nous bretons de proposer autre chose. Pour notre culture,notre langue, et en solidarité totale avec tout les exploités.

      Répondre à ce message

      • Dans un entretien à Ouest-France, le 1er septembre 2010 http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Rouillard-Le-Morbihan-a-besoin-de-la-gauche-_40740-1494306------56007-aud_actu.Htm, Gwendal Rouillard, premier secrétaire fédéral PS du Morbihan, a confirmé la communion... (!) d’idées entre le PS de Bretagne avec le « think tank » patronal Institut de Locarn et Produit en Bretagne.

        "Cette régionalisation sera l’une des grandes lignes du projet socialiste en 2012 ?

        C’est indispensable, car c’est du lien sur les territoires, tout en « boostant » l’économie. Regardez Produit en Bretagne ou l’Institut Locarn : quand on fédère, on est toujours plus efficace. Les régions doivent exercer des compétences plus fortes. Un exemple ? Les entreprises et les particuliers devraient pouvoir investir dans des fonds bretons, avec des avantages fiscaux à la clé.«  »Efficace" pour qui ?
        - Le nombre moyen de salariéEs victimes d’accidents du travail en Bretagne est de 20 % supérieur à la moyenne française... http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-Accidents-du-travail-la-Bretagne-tres-touchee_6346-1574231-fils-10_filDMA.Htm
        - Les maladies professionnelles en Bretagne représentent 10 % du total français alors même que la région ne compte que 5 % de l’effectif salarié...
        - Pensons également aux conséquences écologiques et sanitaires du modèle agricole breton...

        On peut aussi s’interroger sur le type de particuliers qui seront à même de bénéficier des avantages fiscaux liés aux placements dans des fonds bretons : l’ouvrierE de l’usine agro d’à côté peut-ëtre ? ou l’hôteSSE de caisse à temps partiel de l’hypermarché du coin alors ?
        Les proloTTEs de Bretagne attendent sûrement déjà avec impatience cette mesure proposée par les « camaradEs » du PS.

        Rien de nouveau ceci dit, le président du Conseil régional de Bretagne, le PS J-Y Le Drian, est un habitué des rencontres à l’Institut de Locarn, comme l’étaient Josselin de Rohan et Yvon Bourges... On ne peut même pas parler de lobbying à leur encontre car ils adhèrent à ce type de thèses.
        Par ailleurs, rappelons que Patrick Mareschal (PS), président du conseil général de Loire-Atlantique est aussi président du syndicat mixte d’études de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes et... membre de l’institut de Locarn !

        Répondre à ce message

    • Produit en Bretagne, une surprise de coquilles sat Jacques 24 novembre 2014 17:05, par Le castor

      Bonjour,
      Comme bon consommateur breton, j’ai acheté des coquilles sat jacques congelées, « à la bretonne » . IL y avait le logo « produit de Bretagne » Quelle ne fut pas ma surprise de voir, écrit très petit que les coquilles ne venaient pas du tout de chez nous, mais d’argentine et autre pays d’amérique du sud. J’ai fait l’expérience dans une autre grande surface, même constat. L’on m’a expliqué que le produit n’est pas breton mais « vendu » et reconditionné en Bretagne, et que le logo voulait dire "produit que l’on trouve en Bretagne et non d’origine bretonne. Ou est la subtilité ?
      J’espère que c’est un accident.
      Cordialement

      Répondre à ce message

Proposer un complément d'infos

Par défaut, SPIP notre CMS est respectueux de la vie privée de ses visiteurs et ne pose pas de cookies de traçages ou publicitaires. Suivre la vie du site RSS 2.0