Accueil du site > Syndicalisme / Luttes > Archives Syndicalisme 2006 > Prime pour l’emploi : pas de remboursement pour les chômeurs ? (...)

Prime pour l’emploi : pas de remboursement pour les chômeurs ? 2006

vendredi 8 septembre 2006

Après avoir annoncé que 250 000 foyers allaient devoir rembourser tout ou partie de la prime pour l’emploi (PPE) mensualisée, le gouvernement fait (en partie) machine arrière ! Le Ministre du Budget, Jean-François Copé, a annoncé que des instructions seraient données aux services des impôts, afin que des remises gracieuses soient accordées aux chômeurs. Cette mesure devrait concerner la moitié des demandes de remboursement.

Pour les autres, ceux dont le revenu a augmenté, « ce qui est prévu c’est, bien sûr, des délais de paiement (...) et j’ai donné des instructions en ce sens », a dit le ministre du Budget. AC ! Paris avait réagi vivement à l’annonce de ces trop perçus, en allant dès le 5 septemebre 2006, exiger l’annulation de ces trop perçus dans une agence ANPE. Nous resterons bien évidemment vigilants !

Venus demander des explications concernant les trop perçus de la prime pour l’emploi à l’agence ANPE Quai de la Loire, 72 quai de la Loire, 75019 Paris, les précaires d’AC ! Paris ont eu pour seule réponse l’intervention des forces de l’ordre. Le Ministère du Travail, contacté par téléphone, a refusé de répondre. L’ANPE fait partie des services censés informer les chômeurs sur leurs droits, notamment en cas de reprise d’activité. Nous constatons quotidiennement que ce n’est pas le cas : qu’il s’agisse du contrat d’avenir ou du cumul allocations-salaire, il est presque impossible d’obtenir des informations fiables, et donc de savoir à quoi on s’engage et quels seront les revenus en cas de reprise d’activité.

Nous continuons à exiger :

L’accès à la prime exceptionnelle de retour à l’emploi pour TOUS les bénéficiaires de minima qui reprennent une activité quel que soit leur employeur

Le Ministère doit en urgence éditer une information fiable et claire sur l’ensemble de ces dispositifs et rétablir l’égalité de traitement des salariés devant la loi. Nous invitons les précaires concernés à nous contacter en cas de besoin.

AC ! Paris

23 bis rue Mathis 75019 Paris (M° Crimée)

01.40.09.27.49

permanence pour et par des précaires tous les mercredi de 15h à 18h

Vous pouvez également consulter l’article sur la prime exceptionnelle de retour à l’emploi

Source : http://www.ac-reseau.org/

A lire ausssi :

Bercy fait payer les salariés pauvres

http://bellaciao.org/fr/

2 Messages de forum

  • PRIME DE RETOUR A L’EMPLOI : FIASCO
    INJUSTICE

    On me refuse cette prime depuis 9 mois, mon employeur est le CONSEIL GENERAL.
    Je bosse comme une dingue, payée 750 euros nets...
    Ma hiérarchie est satisfaite de mon travail.
    D’autres font la « pause clop » une heure... ! ! !

    Hier : je vais à la CAF : l’employée me répond que « 1000 €, c’est pas grand chose »... _ ? ? ? ! ! !
    Je regarde l’employée en face, et je lui explique que je dépense 10 € par semaine pour la bouffe ... alors 1000 €, vous me dites « c’est pas grand chose ? »
    Je tiens de source sûre que d’autres personnes, dans les mêmes conditions de contrat que moi - CONTRAT d’AVENIR -qui plus est ! chez le « même employeur » ! - eh bien d’autres l’ont perçue il y a 8 jours, cette prime.

    Qu’est-ce que la CAF ME DIT ? _ : « c’est une erreur de la CAF ».
    Je répond : ah oui ? des erreurs à 1000 euros, vous en faites beaucoup ?

    - « Madame, l’erreur est humaine ».

    SANS COMMENTAIRES.

    Répondre à ce message

    • Prime de retour à l’emploi : encore des exclus !!!

      Souvenons nous : il y a trois ans, Jean Louis Borloo trouve la recette magique pour faire baisser le chômage : les contrats « aidés ».

      Rien de neuf sous le soleil, un peu de plus de précarité pour les concernés et beaucoup de subventions pour les employeurs.

      Pour faire passer la pilule des exonérations de charges et du paiement quasi-intégral du salaire par l’Etat, Borloo sort de son chapeau la « prime exceptionnelle de retour à l’emploi », 1000 euros tout rond le chiffre est facile à retenir et repris en conséquence par tous les médias.

      Mille euros, c’est un un peu plus d’un mois de salaire pour les nouveaux embauchés auparavant au RMI ou à l’ASS. Pas grand-chose quand on doit faire face aux frais d’une reprise d’emploi, garde d’enfants, transports, dépenses vestimentaires.

      Mais l’octroi de cette somme misérable est soumis dans les faits à de multiples conditions souvent évoquées sur ce site : la prime peut-être refusée selon la nature de son employeur et il faut au départ être inscrit depuis plus d’un an à l’ANPE.

      Mais ce n’est pas tout : alors qu’on nous parle du taux d’emploi scandaleusement bas des seniors, qu’on sous entend que les français de plus de cinquante ans sont les plus paresseux du monde, la prime exceptionnelle de retour à l’emploi est interdite aux personnes de plus de cinquante-cinq ans qui sont dispensées de contrôle de recherche d’emploi !

      Mme S. faisait partie en 2005 de ces « heureux » dispensés de recherche d’emploi allocataires de l’ASS.

      suite sur ac reseau

      Voir en ligne : Prime de retour à l’emploi : encore des exclus !!!

      Répondre à ce message

Proposer un complément d'infos

Par défaut, SPIP notre CMS est respectueux de la vie privée de ses visiteurs et ne pose pas de cookies de traçages ou publicitaires. Suivre la vie du site RSS 2.0