Pourquoi attaquer Google ?

vendredi 4 mai 2018

La Quadrature du Net. 3 mai 2018

Deuxième titan de l’Internet que nous attaquons, Google est plus subtil dans sa surveillance. La stratégie est différente de celle de Facebook mais tout autant contraire à nos libertés. Démystifions cela.

L’entreprise

Fondée il y a 20 ans par Larry Page et Sergueï Brin, créateurs du moteur de recherche Google, l’entreprise compte aujourd’hui 74 000 salariés et 90,6 milliards d’euros de chiffre d’affaire. Son modèle économique n’est pas exclusivement basé sur la publicité, bien que ses revenus publicitaires représentent 86 % de son chiffre d’affaires.

Aujourd’hui, Google est une filiale d’Alphabet, la maison-mère d’un groupe implanté partout dans le monde1. Ses services se sont multipliés : gestion des e-mails avec Gmail, du calendrier avec Agenda, stockage et édition de documents avec Drive et Gsuite, mobile avec Android, publication de vidéos avec Youtube, etc.

Ce que Google sait de nous

Google soumet presque tous ses services à un corpus unique de « règles de confidentialité » qui prévoient que l’entreprise peut collecter :

  • nom, photo, adresse e-mail et numéro de téléphone renseignés par les personnes ayant un compte Google ;
  • identifiant de l’appareil ;
  • informations sur l’utilisation des services (vidéos, images consultées, quand et comment) et l’historique de navigation ;
  • les requêtes de recherches (sur Google search, Youtube, Maps, etc.) ;
  • le numéro de téléphone des personnes appelées ou contactées par SMS, l’heure, la date et la durée des appels, ainsi que la liste des contacts ajoutés ;
  • l’adresse IP depuis laquelle les services sont utilisés ;
  • la localisation des appareils, définie à partir de l’adresse IP, de signaux GPS, des points d’accès WiFi et des antennes-relais téléphoniques à proximité ;
  • d’autres informations collectées par les partenaires de Google.

Google explique utiliser toutes ces données pour mieux cibler ses utilisateurs afin de leur proposer les publicités les plus à même de les convaincre, au bon moment. Comme nous l’avons vu avec Facebook, l’analyse en masse d’informations d’apparence anodines permet d’établir des corrélations censées cerner en détail l’intimité de chaque personne.

Même si Google permet de limiter l’interconnexion de certains types de données brutes (localisation, recherches effectuées et vidéos consultées), il ne laisse aucun contrôle sur tous les autres types de données. Surtout, il ne permet pas de bloquer l’analyse faite sur les données dérivées (nos profils), qui sont pourtant les plus sensibles, et que nous sommes contraints d’abandonner à Google pour utiliser ses services. L’accès aux services Google implique l’obligation de céder ces informations personnelles. Cet abandon résultant d’un consentement non-libre, l’analyse de ces données est illicite — c’est ce que nous attaquons.

La chimère du contrôle

Il ne faut pas se tromper sur le soi-disant contrôle que Google nous laisserait sur l’interconnexion de certains types de données (localisation, recherches, vidéos). Par défaut, Google récupère et croise une quantité monstrueuse de données. Il ne suffit pas que l’entreprise nous donne la possibilité de limiter certaines mesures pour que celles-ci deviennent licites. Qui a déjà activé les options limitant la collecte de données personnelles par Google ? L’entreprise tente de s’acheter une image en laissant à l’utilisateur, par un acte volontaire, cette possibilité, en sachant pertinemment que la majorité des utilisateur ne le feront pas. Le consentement est alors dérobé.

Heureusement, le règlement général sur la protection des données (RGPD) a parfaitement anticipé cette tentative de contourner notre volonté. Il prévoit précisément que, pour être valide, notre consentement doit être explicite : « il ne saurait dès lors y avoir de consentement en cas de silence, de cases cochées par défaut ou d’inactivité » (considérant 32). Or, les mesures de surveillance sur lesquelles Google feint de nous laisser un certain contrôle sont « acceptées » par défaut au moyen de cases précochées. Puisqu’elles ne reposent pas sur un consentement explicite, ces mesures sont illicites — nous l’attaquons aussi.

suite sur : La Quadrature du Net | Internet & Libertés

https://www.laquadrature.net/fr/att...

GAFAM - Action de groupe contre les GAFAM. Les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft)

https://gafam.laquadrature.net/

Proposer un complément d'infos

SPIP | Par défaut, SPIP notre CMS est respectueux de la vie privée de ses visiteurs et ne pose pas de cookies de traçages ou publicitaires. Suivre la vie du site RSS 2.0