Accueil du site > Syndicalisme / Luttes > Pourquoi SUD n’appelle pas à la manifestation du 23 novembre

Pourquoi SUD n’appelle pas à la manifestation du 23 novembre

jeudi 21 novembre 2013

SUD PTT 35

Si les 20 000 manifestants de Quimper n’ont pas réussi à arrêter les licenciements, ils ont obligé les patrons licencieurs à augmenter sérieusement les indemnités de licenciement (extra légales) chez Gad, Marine harvest, etc… et ils ont obligé les représentants du gouvernement à venir s’expliquer sur sa politique fiscale et sa politique en matière d’emplois particulièrement dans la région Bretagne.

UN PACTE SOCIAL ? QUEL PACTE SOCIAL ?

Les appareils syndicaux régionaux ont organisé une contre manifestation le 2 novembre à Carhaix. Suite à l’échec de cette contre manifestation, les syndicats régionaux ont appelé à des manifestations départementales le 23 novembre. Le titre de la déclaration pour le 23 est éloquent : « Pour l’avenir de la Bretagne, mobilisons nous pour un pacte social ! »

Or qu’est ce que ce « pacte social » ? Un pacte d’accompagnement des 850 licenciements chez Gad, 400 chez Marine Harvest, 1400 suppressions d’emplois à PSA Rennes, 120 suppressions d’emplois à Cooper Standard et une centaine à Alcatel Lucent-Rennes !! L’accompagnement n’est pas la lutte pour l’arrêt immédiat de ces licenciements.

Il est vrai que si les revendications portées par les manifestants de Quimper sont diverses, les organisations syndicales sont divisées : sur l’allongement de la durée des cotisations retraite, sur l’augmentation de la TVA ou de la CSG, etc…

Cette stratégie de soutien au gouvernement Hollande à 4 mois des échéances électorales (Liste PC-PS aux municipales) est tellement visible que même FO en semble gêner.

POUR LA DEFENSE DE L’EMPLOI , CONTRE LA FINANCIARISATION

Ce que vit la « Bretagne économique », ce sont les prémisses de ce que vivent la population de Grèce, du Portugal ou de l’Espagne. La financiarisation mondiale tue la production. Le différentiel entre la valeur réelle produite et la financiarisation est de plus 30 000 milliards de dollars. La banque centrale Européenne a prêté 529 milliards d’euros à 800 banques, quasi-sans intérêt, en 2012. Hollande a financé à hauteur de 6,6 milliards le maintien de Dexia (Banque de détail), a apporté une garantie de 7 milliards à PSA-Finance (PSA est avant tout une banque dont les principaux actionnaires sont suisses) !

Du fait de la crise de 2008 et de l’imminence de l’éclatement de la nouvelle bulle, le capitalisme financier est devenu pingre, voire impitoyable. Ceux qui avaient des miettes n’ont plus rien pour faire leur « businesss ». Ce qui explique que la colère gagne des classes sociales différentes (agriculteurs, salariés et même patrons !) qui pouvaient s’enrichir de subsides (subventions européennes par exemple). .C’est vrai en Grèce ou en Espagne, c’est vrai aussi dans le mouvement social en Bretagne.

Le gouvernement Hollande, comme le gouvernement précédent, suit donc les recommandations du G20 d’avril 2011 sur la réduction de la protection sociale et la baisse du coût du travail, tout en favorisant cette financiarisation.

Parce que SUD choisit clairement d’être avec ceux qui sont en butte à cette financiarisation du capitalisme mondial et non derrière ceux (de gauche ou de droite) qui gèrent le pays selon les directives de cette financiarisation.

Parce que la défense de l’emploi passe par cette lutte contre la financiarisation mondiale, ce 1% qui domine la planète, il est nécessaire que les syndicats représentatifs prennent en compte cette dimension, sous peine d’être marginalisés en dehors des mouvements sociaux.

Rennes le 21 novembre 2013

1 Message

Proposer un complément d'infos

SPIP | Par défaut, SPIP notre CMS est respectueux de la vie privée de ses visiteurs et ne pose pas de cookies de traçages ou publicitaires. Suivre la vie du site RSS 2.0