Accueil du site > Syndicalisme / Luttes > Plus de 200 manifestants contre les violences policières

Plus de 200 manifestants contre les violences policières

mardi 24 janvier 2017

Solidaires 35

Plus de 200 manifestants se sont rassemblés ce mardi 24 janvier à midi place hoche à Rennes pour protester contre les violences policières et le « traitement » des plaintes déposées par les opposants à la loi travail.

Lors des 6 mois de manifestations contre la loi travail, plusieurs dizaines d’opposants avaient été victimes de violence à Rennes particulièrement les 9, 28 avril 2016 le 14 mai et le 2 juin.

Le 2 juin 2016 lors d’une manifestation, les journalistes avaient été sévèrement frappés par le corps départemental d’intervention à Villejean aux abords de la rocade.

A la suite de blessures plus ou moins graves, plusieurs manifestants avaient porté plainte. Ils ont pour la plupart été convoqués par l’IGPN (place St Melaine)…

Si le 24 janvier, deux des policiers responsables des violences du 28 avril 2016 et notamment du tir de LDB 40 (ex-flash Ball) qui a occasionné la perte d’un œil à un étudiant rennais étaient convoqués devant l’IGPN, la quasi-totalité des plaintes déposées par les manifestants victimes de violences policières ont été classées sans suite…par le procureur de la République.

Ce qui démontre le 2 poids deux mesures…

Grossières provocations policières :

Alors que la manifestation bon enfant se dirigeait vers la place St Melaine, siège de l’IGPN, les manifestants ont été arrêtés par un cordon de CRS.

Faisant demi-tour, la manifestation a été nassée rue du général Guillaudot dans l’incapacité de bouger.

Cette stratégie policière visait exclusivement à créer des incidents.

Cette provocation policière se situe dans la continuité des dispositifs policiers mis en œuvre par le préfet pendant les manifestations contre la loi travail et qui consistait à établir « une ligne de front » autour du centre de la ville de Rennes.

Grace au calme et à la sérénité des manifestants contre les violences policières, la manifestation est retournée place Hoche pour se disperser.

L’union syndicale SOLIDAIRES 35 estime que les dégâts humains consécutifs aux manifestations contre la loi travail sont inadmissibles

L’union syndicale SOLIDAIRES 35 continuera à protester contre la criminalisation du mouvement social et du mouvement syndical,

Rennes le 24 janvier 2016

Proposer un complément d'infos

SPIP | Par défaut, SPIP notre CMS est respectueux de la vie privée de ses visiteurs et ne pose pas de cookies de traçages ou publicitaires. Suivre la vie du site RSS 2.0