Accueil du site > Politique > Archives politique 2006 > Non à la privatisation de GDF

Non à la privatisation de GDF

jeudi 7 septembre 2006

Communiqué de la Ligue communiste révolutionnaire.
Non à la privatisation de GDF.
Session très spéciale à l’Assemblée nationale à compter du 7 septembre : au programme la mise à mort d’un service public, Gaz de France, sous le couvert d’une fusion avec Suez.
Une confirmation : le mensonge comme méthode de gouvernement. Le ministre de l’intérieur n’hésite pas à se renier en acceptant que la part de l’Etat descende à 30% au lieu des 70% promis. Le libéralisme c’est la priorité aux actionnaires et aux spéculateurs.
Les décisions antérieures d’ouverture du capital et de changement de statut n’étaient donc que le prélude à une privatisation de tout le secteur de l’énergie. Après GDF, ce sera le tour d’EDF.
Pour les usagers, les bienfaits de la concurrence, vantés par la Commission de Bruxelles, n’existent pas. Depuis 2004, ils ont dû subir des hausses de tarif de l’ordre de 29%. Quant au marché dérégulé, c’est l’explosion.
Cette inflation vertigineuse des prix devrait s’amplifier après le 1er juillet 2007 avec l’ouverture totale à la concurrence des marchés du gaz et de l’électricité.
La LCR s’oppose à la fusion GDF-Suez, condamne la privatisation du service public de l’énergie. Elle soutient les mobilisations syndicales et notamment la journée de grève et de manifestation du 12 septembre.
Pour faire reculer le gouvernement Villepin-Sarkozy, c’est une épreuve de force qu’il faut préparer. Gaziers, électriciens et usagers, tous ensemble pour faire respecter le droit de tous au chauffage et à l’éclairage assuré par un service public de l’énergie.
Après le CPE, Villepin doit retirer son projet de loi sur la fusion GDF-Suez.
Le 6 septembre 2006.

Proposer un complément d'infos

SPIP | Par défaut, SPIP notre CMS est respectueux de la vie privée de ses visiteurs et ne pose pas de cookies de traçages ou publicitaires. Suivre la vie du site RSS 2.0