Accueil du site > Presse, radio, médias... > Libération. Le premier effet July.

Libération. Le premier effet July.

samedi 1er octobre 2005

Libération : la Société civile des personnels s’inquiète des propos de Rothschild

PARIS (AFP) - La Société Civile des Personnels de Libération (SCPL) s’est déclarée samedi « inquiète des propos » du financier Edouard de Rothschild, principal actionnaire de Libération, qui avait déclaré sur France 2 qu’il était un peu « utopique de vouloir différencier rédaction et actionnaire ». La SCPL, qui représente les salariés-actionnaires du titre (18,45% du capital), estime dans un communiqué que les déclarations de M. de Rothschild, qui détient pour sa part 38,87% du capital, « augurent d’une volonté d’intervention dans le contenu rédactionnel ». Elle met notamment en cause deux phrases prononcées par M. de Rothschild : « Pour qu’un journal se vende bien et qu’un journal soit un bon journal, il faut s’intéresser au contenu, il faut s’intéresser à la qualité des articles, il faut s’intéresser à la nature des sujets qui sont traités », et « je crois que c’est un peu une vue utopique de vouloir différencier rédaction et actionnaire ».

Dans son texte, la SCPL rappelle qu’au moment de son entrée dans le capital du journal en janvier, le financier avait déclaré « qu’il n’avait aucune intention d’écrire ou de s’exprimer dans Libération » et qu’il avait « assuré qu’il n’interviendrait pas dans le contenu rédactionnel ».

Alors que le patron Serge July avait annoncé lundi une « optimisation de l’organisation » du quotidien, le personnel, qui craint un plan social après l’arrivée dans le capital d’Edouard de Rothschild, a tenu vendredi une Assemblée générale à l’appel de la SCPL.

François Wenz-Dumas, délégué syndical SNJ au CE, cité par plusieurs témoins, a évoqué à cette occasion la « possibilité d’un licenciement collectif ou plan de sauvegarde de l’emploi qui porterait sur une fourchette estimée de 40 à 80 personnes », sur un effectif de 330 salariés.

La diffusion du quotidien a reculé de 9,8% en 2004/2005 à 134.593 exemplaires et la publicité a reculé de plus de 10% en 2005.

Proposer un complément d'infos

Par défaut, SPIP notre CMS est respectueux de la vie privée de ses visiteurs et ne pose pas de cookies de traçages ou publicitaires. Suivre la vie du site RSS 2.0