Accueil du site > Politique > Le secrétaire général de la préfecture 35 fait arrêter une délégation

Le secrétaire général de la préfecture 35 fait arrêter une délégation

lundi 25 février 2013

Collectif de soutien aux personnes sans-papiers de Rennes

Aujourd’hui, le collectif de soutien aux personnes sans-papiers de Rennes menait une nouvelle occupation contre les pratiques préfectorales, notamment les arrestations déloyales au guichet de personnes sans-papiers. Des militant-e-s d’un toit c’est un droit, du MRAP, de RUSF participaient aussi, plus ou moins directement, à cette action. Cette occupation était la seconde en une semaine et devait en précéder une troisième. En effet, cela fait plusieurs mois que nous dénonçons la dérive persistante de l’accueil en préfecture des personnes étrangères et rien ne se passe. Nos simples interpellations orales au guichet ne servent à rien.

C’est pourquoi nous avons décidé de lancer une campagne d’occupations jusqu’à ce que la préfecture réagisse et retrouve des pratiques « normales » envers les personnes étrangères (voir tract ci-joint pour énumération de quelques problèmes).

L’occupation menée aujourd’hui était comme les dizaines d’occupations que nous avons déjà faites de la préfecture. Seulement voilà, le nouveau secrétaire général de la préfecture nous connaît mal alors il a enchaîné les gaffes, au point qu’on pourrait se demander si nous ne devrions pas envisager des poursuites contre ce que révèlent ces pratiques. Avant un portrait détaillé de tout ce qui s’est passé, sachez qu’il a osé :

1) arracher nos banderoles lui-même (jamais un secrétaire général n’avait fait cela durant nos occupations préfectorales) ;

2) nous gueuler dessus et nous menacer d’une plainte (c’est déjà arrivé mais sous Sarkozy) ;

3) accepter de recevoir une délégation pendant une demi heure mais pour mieux la faire interpeller (parce que les membres de la délégation refusaient de donner leurs noms) alors que les autres manifestant-e-s du collectif avaient évacué spontanément la préfecture ;

4) faire sortir les 4 miltiant-e-s arrêté-e-s de la délégation par derrière afin que les autres manifestant-e-s ne voient rien.

Sans compter que ce secrétaire général a osé utiliser le terme « fachisantes » pour caractériser nos pratiques militantes (tout en nous traitant d’anonymes aux pratiques juvéniles) et, surtout, a joué à nier tout ce que nous dénonçons dans les pratiques préfectorales actuelles envers les personnes étrangères. Même les arrestations en préfecture de sans-papiers sont niées. Et il a fallu l’intervention d’un chef du service des étrangers pour qu’il reconnaisse la réalité d’au moins une de nos dénonciations. Oser nier ce qui se passe actuellement à la préfecture au point que toutes les associations de soutien aux personnes étrangères sont prêtes à réagir collectivement, cela relève - sinon de la maladie - du moins d’une mauvaise foi dont les services de l’Etat ont rarement autant la capacité. Les 4 militant-e-s (dont une membre du RUSF) ont fini par être libéré-e-s sans autre procédure au bout d’une heure avec pour seule menace que, si plainte de la préfecture il y avait, alors les 4 militant-e-s seraient convoqué-e-s pour audition.

Tout ceci fut tellement hallucinant que même les policiers et les RG ont reconnu que le comportement du secrétaire général les surprenait.

En tout cas, nous avons décidé de ne pas renoncer et, surtout, de ne pas laisser passer ce type de répression mesquine car faut-il rappeler que faire interpeller une délégation reçue relève des actes les plus dégueulasses que nous ayons vécus depuis notre naissance (2002).

Bien sûr, nous réoccuperons la préfecture dans les plus brefs délais mais nous avons décidé de reporter l’occupation prévue demain matin et de la remplacer par un appel large et public à un rassemblement de 11 h à 13 h pour dénoncer collectivement ce qui s’est passé aujourd’hui. DONC :

RASSEMBLEMENT DEVANT LA PREFECTURE DE BEAUREGARD

MARDI 26 FEVRIER DE 11 h A 13 h

Pour dénoncer l’arrestation de 4 militant-e-s du collectif suite à une simple occupation visant à interpeller la préfecture.

Pour dénoncer l’ignominie du secrétaire général de la préfecture qui a osé faire interpeller une délégation reçue.

Pour dénoncer encore et toujours les pratiques préfectorales en matière d’accueil des personnes étrangères.

Pour dénoncer les arrestations de personnes sans-papiers (et de militant-e-s !) aux guichets de la préfecture.

Nous souhaitons un relais large de cet appel à se rassembler. Les médias seront informés de tout et nous avons déjà fait suivre un récit de ce qui s’est passé partout en France afin que les autres groupes militants sachent de quoi est capable une préfecture : accepter de recevoir une délégation pour en faire arrêter les membres !!! Nous donnerons davantage de détails sur cette journée lors du rassemblement de demain.

Contacts

Aline au 06-74-44-35-68

Xavier au 02-23-46-19-09

Collectif de soutien aux personnes sans-papiers de Rennes

http://sp35.org/

Proposer un complément d'infos

SPIP | Par défaut, SPIP notre CMS est respectueux de la vie privée de ses visiteurs et ne pose pas de cookies de traçages ou publicitaires. Suivre la vie du site RSS 2.0