Accueil du site > Société > Le 115. Réponse au préfet

Le 115. Réponse au préfet

jeudi 17 janvier 2013

DAL 35

Laisser entendre, comme le fait la préfecture dans son communiqué annonçant l’ouverture de 23 places supplémentaires en hébergement d’urgence dans le cadre du plan hivernal, qu’il suffirait d’appeler le 115 pour obtenir une mise à l’abri « de façon immédiate » est un mensonge éhonté et une insulte à toutes les personnes à la rue qui appellent souvent plusieurs fois par jour ainsi qu’à toutes les associations qui luttent au quotidien aux côtés de ces personnes.

Selon le dernier baromètre du 115, publié ces derniers jours par la FNARS, 30 à 60 % des appels au 115 n’aboutissent pas tant ce service est saturé. Et si, après de nombreuses tentatives, on parvient enfin à joindre un correspondant, rien n’est moins sûr que d’obtenir une place d’hébergement puisque 57% des demandes reçoivent une réponse négative, ce taux atteignant 64% dans le cas des familles qui représentent près d’une demande sur 2.

En décembre 2012, il a été constaté « une augmentation du volume de demande de 22% par rapport à décembre 2011. Les quelques places supplémentaires ouvertes sont loin d’apporter une réponse satisfaisante. Il convient de rappeler également que les trop rares offres d’hébergement proposées sont, dans 56% cas, des séjours d’une seule nuit qui ne répondent en rien au l’exigence de continuité prévue par le Code l’action sociale et de la famille. Les familles alternent donc de courtes périodes d’hébergement entrecoupées de nuits à la rue. Même en cas d’hébergement nocturne, les familles restent contraintes d’errer dans la rue toute la journée et dans un grand nombre de cas toute scolarisation des enfants s’avère impossible. »

Le DAL 35 demande instamment à la Préfecture de mettre réellement en œuvre tous les moyens nécessaires, notamment par la réquisition de logements vacants (plus de 10000 sur le territoire de Rennes Métropole), pour satisfaire à l’intégralité des besoins, en offrant des solutions durables, permettant la scolarisation des enfants et de ne pas laisser des gens à la rue, ni de jour ni de nuit. Il faut rappeler que les nuitées d’hôtel souvent proposées, sont un pis-aller particulièrement coûteux pour la collectivité qui n’apporte en rien une réponse adaptée.

http://dal35.free.fr/

Proposer un complément d'infos

SPIP | Par défaut, SPIP notre CMS est respectueux de la vie privée de ses visiteurs et ne pose pas de cookies de traçages ou publicitaires. Suivre la vie du site RSS 2.0