Accueil du site > Syndicalisme / Luttes > La SNCF, collaboratrice de l’État Policier

La SNCF, collaboratrice de l’État Policier

mercredi 5 juillet 2017

Une note sûreté intitulée « signalement dans le cadre du G20 à Hambourg  » (du 03 au 13 juillet 2017) est aujourd’hui distribuée aux cheminots. Celle-ci émane de la direction sûreté qui explique l’obligation de signalement de tout mouvement ou groupe suspect qui se déplacerait à destination de la Belgique et/ou l’Allemagne.

La nature de la demande va se préciser en désignant exactement le type de profil : « Personne (seule ou en groupe) dont le comportement pourrait laisser supposer un comportement militant porté à l’extrême (personnes appartenant au mouvement zadiste venant de Notre-Dame des Landes, mais également des Alpes) »

Après avoir demandé aux cheminots de pister les migrants dans les trains et les gares, la SNCF veut pousser les cheminots à collaborer à la logique d’état axée sur la chasse aux opposants politiques, syndicaux, associatifs ou simplement actifs dans le mouvement social. L’ennemi intérieur est donc par là même clairement ciblé : ceux qui refusent cette société de la finance et pourraient résister à son contrôle absolu.

Ces directives nous ramènent à des pratiques d’un autre temps et, sous couvert de lutte anti-terroriste, l’État veut maintenant contrôler, ficher et bloquer tout militant associatif ou politique qui voudrait se rendre au G20 pour manifester !

Militer n’est pas un crime ! En 2017, comme en 1940, les cheminots sauront refuser les dérives autoritaires.

La Fédération SUD-Rail dénonce cette directive liberticide et appelle les cheminots à ne pas l’appliquer !

4 juillet 2017

Proposer un complément d'infos

SPIP | Par défaut, SPIP notre CMS est respectueux de la vie privée de ses visiteurs et ne pose pas de cookies de traçages ou publicitaires. Suivre la vie du site RSS 2.0