Accueil du site > Politique > La Bretagne à l’abattoir

La Bretagne à l’abattoir

jeudi 31 octobre 2013

Parti de Gauche 35

Les événements qui se sont déroulés samedi dernier à Pont de Buis (Finistère) sont le symptôme éclatant de la dérive mortifère du système en Europe. L’emploi dans l’agroalimentaire en Bretagne ne cesse d’être détruit. Depuis Juin 2012, 3000 emplois ont été supprimés, et le nombre d’emplois précaires et intérimaires y progresse au détriment des emplois stables. Doux et Gad sont révélateurs d’un système devenu fou. Le premier, au Brésil, et le second, en Allemagne, ont mis en place des modes de production à bas coûts car les travailleurs y sont moins payés, moins protégés. Le marché transatlantique s’il devait voir le jour, validerait ce système et aggraverait les destructions industrielles locales. Il imposerait de plus aux consommateurs, des produits ne respectant pas les normes européennes : bœuf aux hormones et poulets lavés au chlore.

Quant à l’écotaxe, réduite de 50 % pour la Bretagne et suspendue sine die, elle n’empêchera pas la destruction d’emplois et la précarisation des travailleurs. Le capitalisme vert et l’écologie punitive ne permettront pas de relocaliser les emplois. L’augmentation du coût du transport qui pour les grosses entreprises ne constitue qu’un facteur de production parmi tant d’autres, n’est pas la solution pour orienter les modes de production vers des procédés économiques respectueux de l’humain et de l’environnement. Les dirigeants de sociétés transnationales, qui s’offusquent de l’écotaxe, soutenus par les élus UMP qui l’ont votée, et par le FN, ne défendent pas les droits des salariés. Ils sont dans une logique de protection de leurs marges et de celles qu’ils pourront reverser aux actionnaires. De plus, l’actuel projet d’écotaxe ne concernerait pas la grande distribution, pourtant forte utilisatrice des routes.

Le Parti socialiste a montré depuis plus d’un an de pouvoir qu’il n’a ni volonté politique de transformation du système, ni ambition écologique. Celles-ci impliquent une ré orientation radicale du mode de production agricole et de l’économie de la mer. L’investissement dans le fret ferroviaire, maritime et fluvial, alternatif au tout-routier (99% du fret breton), dans les nouvelles technologies et dans la mise en place de circuits courts, sont quelques-uns des éléments de cette ré orientation. Le pouvoir solférinien, par soumission à l’Europe néo-libérale, reste dans une logique austéritaire qui accentue la catastrophe pour notre région.

Le Parti de Gauche réaffirme sa totale solidarité avec les travailleurs bretons en lutte. Pour que cessent cette politique austéritaire et les arrangements de gribouilles, le Parti de Gauche appelle à la manifestation le 2 novembre, aux côté des syndicats de travailleurs, à Carhaix.

PG 35

Proposer un complément d'infos

SPIP | Par défaut, SPIP notre CMS est respectueux de la vie privée de ses visiteurs et ne pose pas de cookies de traçages ou publicitaires. Suivre la vie du site RSS 2.0