Accueil du site > Syndicalisme / Luttes > LES VRAIS CASSEURS DES BUREAUX DE POSTE

LES VRAIS CASSEURS DES BUREAUX DE POSTE

vendredi 24 juin 2016

SUD PTT 35

Hier 23 juin, pendant que les dirigeants de La Poste justifiaient devant médias et syndicats la suppression de 7 bureaux de Poste sur 19 à Rennes, ainsi qu’1 bureau sur 5 à St Malo, une petite minorité de casseurs en marge de 5000 manifestants ont notamment démoli la vitrine du bureau de Poste de la rue St Hélier.

Casseurs sans cervelle et directeurs de La Poste, même combat ?!

On peut s’interroger, car le bureau de Poste de Rennes-St Hélier est précisément l’un des 7 que La Poste a annoncé hier vouloir supprimer dans 3 mois ! La Poste compte, par exemple dans le cas de St Hélier, renvoyer la population vers des commerçants sous-traitants ou concentrer les déplacements et la prise en charge sur les postiers de Rennes-République et du Colombier. C’est la même chose pour les 6 autres bureaux de quartier promis à la fermeture.

La Casse des emplois  :

La Direction du Réseau de La Poste masque la réalité lorsqu’elle avance que les 17 agents impactés à Rennes sont redéployés dans les bureaux environnants.

La réalité c’est que 17 emplois sont supprimés avec les 7 bureaux supprimés. Cette réorganisation de La Poste qui concerne en ce moment toutes les grandes villes de France n’avait pas empêché La Poste de toucher des sommes énormes (1 milliard sur 3 années) du gouvernement, soi-disant pour créer des emplois (dispositif du CICE) !

La réalité c’est que leur activité est sous-traitée à des commerces dont on ignore aujourd’hui la liste. Cette sous-traitance signifie évidemment une moindre qualité de service. D’ailleurs, la rénumération que La Poste a décidé par commerce étant de 316 euros (essentiellement) par mois, on voit que l’écart est magistral avec le traitement d’1 agent de La Poste ou de 2 par bureau !

La Poste n’a certainement pas pour premier but de s’adapter à l’évolution des pratiques des populations comme elle le prétend !

La Poste a d’abord pour but d’abaisser la rémunération du travail, à la fois par la sous-traitance, et par l’augmentation de la charge de travail (sans augmentation de salaires) pour les emplois restants (conseillers financiers et guichetiers).

Liquidation du service public et affairisme :

Les agents de La Poste et les habitants de Rennes vont faire les frais de cette perte sèche de services publics de proximité dans les quartiers périphériques ou péri-centraux. On pourra gloser sur la perte de lien social au profit, sans jeu de mot, du commercial.

Le syndicat SUD-PTT-35 condamne cette réorganisation délétère projetée par La Poste. Le syndicat s’interroge aussi sur la complicité inévitable de la municipalité de Rennes dans ce déménagement du territoire. Le président de La Poste, Philippe Wahl, était d’ailleurs venu rencontrer Nathalie Appéré, députée-maire de Rennes, en janvier dernier pour préparer cette « refonte » du réseau postal… Le silence de cette dernière aujourd’hui serait paradoxal après ses couplets médiatisés pour défendre les commerçants rennais contre le mouvement social !

Compte-tenu des liens politico-syndicaux anciens avec les élus et adjoints au maire, socialistes, communistes, écologistes, le syndicat SUD-PTT-35 est également sceptique quant au degré d’indignation et de réactivité des 4 syndicats traditionnels (sur 5 syndicats) de La Poste.

Rennes, 24 juin 2016

Proposer un complément d'infos

SPIP | Par défaut, SPIP notre CMS est respectueux de la vie privée de ses visiteurs et ne pose pas de cookies de traçages ou publicitaires. Suivre la vie du site RSS 2.0