Accueil du site > Société > Expulser Güllü Çiçek serait inhumain

Expulser Güllü Çiçek serait inhumain

dimanche 5 avril 2015

par Amitiés kurdes de Bretagne

Les Amitiés kurdes de Bretagne sont choquées d’apprendre l’arrestation de Mme Güllü Çiçek, une mère de famille kurde de trois enfants, en vue d’une expulsion immédiate, au motif qu’elle serait dans une situation irrégulière.

Elles sont d’autant plus choquées que l’un des enfants, né en 1993, est handicapé. Il est accueilli le jour dans un établissement spécialisé mais toute personne peut comprendre que la présence et l’attention d’une mère est absolument nécessaire.

Les circonstances de l’arrestation de Mme Çiçek, interpellée alors qu’elle se rendait dans un centre social pour suivre des cours de français, sont choquantes en soi et décrédibilisent chez les apprenants les recommandations gouvernementales qui font de la maîtrise du français une étape fondamentale en matière d’intégration. Elles ne peuvent que décourager les associations qui, comme les Amitiés kurdes de Bretagne, offrent bénévolement leurs services pour réduire la fracture sociale. Ce manque de considération de la part l’Etat n’est pas admissible.

Déterminée à rester vivre en France auprès de ses enfants, Madame Çiçek est de retour au centre de rétention de Rennes après avoir refusé de monter dans l’avion qui devait l’expulser vers la Turquie.

Les Amitiés kurdes de Bretagne demandent solennellement à M. le Préfet d’Ille et Vilaine de suspendre, pour raison humanitaire, la mesure d’éloignement touchant Mme Güllü Çiçek et d’étudier favorablement sa demande de titre de séjour.

http://www.akb.bzh/

1 Message

  • mardi 7 avril 2015

    par Amitiés kurdes de Bretagne

    En réponse à notre intervention, la préfecture a fait savoir que Mme Güllü Çiçek ne serait pas expulsée et qu’à titre exceptionnel - et pour des raisons humanitaires - elle serait autorisée à quitter le centre de rétention administrative dès la transmission de son dossier de demande d’asile. Elle serait alors assignée à résidence dans l’attente de la décision de l’OFPRA.

    Le dossier de demande d’asile a été faxé à la préfecture le jour même, lundi de Pâques. Mme Çiçek a été libérée ce mardi à 15 heures au grand soulagement de la famille, des amis, des associations et des personnalités qui l’ont défendue. L’affaire suit son cours. Les associations restent vigilantes.

    Répondre à ce message

Proposer un complément d'infos

SPIP | Par défaut, SPIP notre CMS est respectueux de la vie privée de ses visiteurs et ne pose pas de cookies de traçages ou publicitaires. Suivre la vie du site RSS 2.0