Accueil du site > Société > Archives 2006 > Des illusions du contrôle de l’immigration à l’intégration.

Des illusions du contrôle de l’immigration à l’intégration.

mercredi 2 août 2006

Les élites françaises entretiennent volontier par médias interposés un discours sécuritaire clairement porteur de stigmatisations et d’exclusions contre les immigrés. Les élites allemandes ne semblent pas moins enclines à distiller du venin « faisant le jeu du FN »( 1). Pourtant à lire l’article « INTEGRATION, IMMIGRATION : CHANGEONS DE REGARD » de Jean-François BOUTHORS paru dans Ouest-France de ce mercredi 2 aout 2006 les visions du monde bougent lentement sur ce thème .

Intégration, immigration : changeons de regard par Jean-François Bouthors (*)

L’auteur de ce « point de vue » met en rapprochement la vision de Sarkosy et celle de Wolfgang Schaübe. Dans un cas nous avons un candidat qui cède provisoirement tout en affichant sa fermeté . Sarkosy sait qu’il ne peut indéfiniment prendre à rebrousse-poil la solidarité en cours initiée par le « réseau éducation sans frontière » (RESF) mais il tient à affirmer que « les déboutés seront reconduit à la frontière sans état d’âme » . Dans l’autre cas, son homologue allemand à l’option sécuritaire tout aussi affirmée explique que son pays ne pourra pas indéfiniment laisser pendante la question des 150 000 à 200 000 "sans papiers de longue date qui vivent sur le territoire. "On ne peut pas renvoyer je ne sais où des enfants nés ici, scolarisés ici, et qui ont même décroché ici de bons diplômes" Il ajoute : "Nous devons nous libérer de l’illusion selon laquelle nous pourrons résoudre le déficit d’intégration par le contrôle de l’immigration"

Cette intégration est déjà à l’oeuvre mais dans de mauvaises conditions. De nets progrès d’insertion sociale sont à programmer dans le logement, à l’école et dans l’emploi. La volonté des migrants de toute catégorie est là mais l’offre politique largement absente car focalisée sur les illusions du contrôle de l’immigration et peu encline à favoriser l’implantation des services publics fonctionnant sur une logique non marchande pour les besoins et les droits de la population.

Dans cette compréhension de l’intégration la revendication « des papiers pour tous » relève de la politique minimale à enclencher. Nous espèrons à ce propos que les élus de gauche poursuivront leur geste positif de soutien aux sans papiers .

Christian Delarue Secrétaire national du MRAP

1 Pierre TEVANIAN site Bellaciao

Proposer un complément d'infos

Par défaut, SPIP notre CMS est respectueux de la vie privée de ses visiteurs et ne pose pas de cookies de traçages ou publicitaires. Suivre la vie du site RSS 2.0