Accueil du site > Art & culture... > De la justice pour le gallo !

De la justice pour le gallo !

jeudi 14 juin 2012

Lettre ouverte à Mme Ana Sohier, élue en charge du patrimoine culturel immatériel de la Ville de Rennes et à M. Delaveau, maire de la Ville de Rennes

Le collectif CHOM TAI ! proteste vivement suite aux propos tenus par Mme Ana Sohier dans une interview donnée au Mensuel de Rennes du mois de mai dernier dans un article intitulé « On a toujours parlé breton à Rennes ».

A la question posée par la journaliste : « La culture gallèse prédomine à Rennes, pourquoi défendre la culture bretonne ? Mme Sohier répond : « C’est historique. Le breton a toujours existé à Rennes. Aujourd’hui, il n’y a plus de frontières linguistiques. Avant la majorité des bretonnants habitaient en Basse Bretagne. Maintenant, les gens apprennent le breton à Rennes. Il faut se tourner vers l’avenir. La langue, c’est un patrimoine, elle doit rentrer dans l’espace public. Le but : la valoriser. Quant à la culture gallèse, c’est plus difficile. L’écrit en gallo n’existe pas. On réfléchit donc à l’oralité. Toujours est-il que nous devons continuer à préserver notre culture. »

Mme Ana Sohier, élue en charge du patrimoine culturel immatériel à la Ville de Rennes depuis 2008 parait méconnaitre totalement ses dossiers notamment au sujet du gallo et de la culture gallèse.

Rappelons que le bilan de l’élue et de la municipalité de ces quatre premières années de mandat sur ce thème est proche du zéro pointé…

Déclarer que la raison pour laquelle la municipalité n’agit pas pour la visibilité du gallo dans l’espace public est que « l’écrit en gallo n’existe pas » est stupéfiant, et mensonger.

- Doit on rappeler à Mme Sohier que des éditions de dictionnaires, de grammaires, des bandes dessinées, des articles de journaux fleurissent en gallo depuis trente ans ?

- Que les premières traces écrites du gallo trouvées dans un des ouvrages d’Etienne de Fougère, évêque de Rennes, datent du XII e siècle ?

- Que la première anthologie de littérature contemporaine en gallo est parue en 1982 ?

- Qu’il existe des concours régionaux d’écriture en gallo depuis 17 ans où chaque année les participants sont de plus en plus nombreux ?

- Que le gallo est enseigné dans les collèges et lycées de Haute Bretagne depuis 1984 et (en intermittence) à l’Université Rennes 2 depuis depuis 1996 ?

- Que les principales associations régionales de défense et de promotion du gallo ont leur siège à Rennes ?

- Que le festival Mill Góll, qui met en avant les initiatives associatives et artistiques de toutes sortes pour la langue gallèse se déroule à Rennes depuis 10 ans sur la place du Parlement chaque mois de septembre ?

- Qu’il existe des systèmes graphiques propres au gallo ?

Dans quels buts Mme Sohier pratique-t-elle cette désinformation dans un magazine rennais ?

Il n’est pas possible de dire que le gallo ne s’écrit pas. Certes, il existe des divergences entre certains acteurs comme il en existe pour le breton et pour la majorité des langues dites minoritaires. Que faudrait il dire des plus de 95 % des langues non écrites dans le monde ? Qu’il ne sera rien fait pour les sauvegarder parce qu’elles ne s’écrivent pas ?

Avancer l’argument de l’écriture en gallo est un faux argument pour…ne rien faire et Mme Sohier justifie ainsi une politique discriminatoire vis-à-vis du gallo. En outre, déclarer qu’il n’y a plus de « frontières linguistiques » pour mieux imposer le breton est une négation culturelle de son propre territoire. Nous ne nous opposons pas au breton mais les langues doivent être traitées avec équité.

Le gallo, langue historique de la Ville, a toute légitimité pour entrer dans l’espace public et a « le droit à un avenir » comme toute langue.

Mme Sohier est en charge du patrimoine culturel immatériel « creuset de la diversité culturelle et garant du développement durable », elle se doit d’être garante de la mise en oeuvre d’effortspour la sauvegarde de cette diversité.

Chom tai ! déplore l’absence de prise en compte de la langue gallèse dans la politique de la ville de Rennes.

- Chom tai ! demande une écoute de la part de la municipalité et une politique d’équité entre le breton et le gallo.

- Chom tai ! demande la mise en place d’une réelle politique de préservation et de conservation du gallo.

- Chom tai ! demande des mesures basiques immédiates de reconnaissance telle que la signalétiquedes entrées d’agglomération en gallo et une introduction dans la future ligne de métro.

- Chom tai ! a envoyé un courrier à M. Delaveau et Mme Sohier le 30 avril dernier ( avant la parution de l’article dans le Mensuel de Rennes ) leur demandant leur position sur la langue et la culture gallèses et les actions envisagées ; le bilan du mandat de Mme Sohier étant encore plus maigre que pour le breton. La municipalité n’a pas daigné nous répondre. Nous lui demandons dès à présent de préciser sa position et la politique qu’elle compte mettre en oeuvre.

« Chom tai ! »collectif de citoyens bretons.

http://www.chomtai.lautre.net

6 Messages de forum

  • De la justice pour le gallo ! 15 juin 2012 10:28, par jean

    La nouvelle banlieue parisienne qu’est devenue Rennes adore le côté exotique et limité du parler breton, mais le gallo, qu’elle ringardise ! Pas bon pour les affaires et l’image de marque ça...

    Répondre à ce message

    • De la justice pour le gallo ! 20 juin 2012 17:05, par gael

      je trouve le commentaire de jean bien colonialiste et franchement je me demande ce q u’il fout là : « ...adore le côté exotique et limité du parler breton, mais le gallo, qu’elle ringardise... » ha bon le breton est limité ? limité par quoi ? d’aprés qui ? Jean oserait écrire la m^me chose ) propos de l’hébreu , du peul , du wolof...
      on peut parler de tout en breton ,...ça a l’air de pas être évident pour monsieur jean...
      colon vas !
      gael

      Répondre à ce message

      • De la justice pour le gallo ! 22 juin 2012 00:09, par jean

        Gaël, sauf ton respect, c’était de l’ironie.
        Ce que je voulais dire, c’est que justement, pour les nouveaux bobos de paris qui viennent squatter le centre ville, avec la municipalité qui leur cire les pompes, le « breton » peut presque être branché pour eux, juste à petite dose, le truc exotique qui les change de paris, la petite pointe celtisante, le tout bien sous contrôle. Alors que le gallo, de leur point de vue, c’est carrément ringard ! Le truc à supprimer d’office.Je ne faisais que me mettre à leur place ^^ désole de ne pas avoir été plus claire.

        Breton et Gallo ensemble, évidemment. La preuve que deux langues peuvent cohabiter dans le même pays sans qu’elles ne se soient jamais faites la guerre.

        Répondre à ce message

  • De la justice pour le gallo ! 15 juin 2012 15:16, par jojo

    Je ne conteste pas la légitimité de la place du gallo dans la vie publique. Mais éclairez moi...Pourquoi n’y a t il pas chiffres pour illustrer vos propos
    « - Qu’il existe des concours régionaux d’écriture en gallo depuis 17 ans où chaque année les participants sont de plus en plus nombreux ?... »

    ok combien ?

    - Que le gallo est enseigné dans les collèges et lycées de Haute Bretagne depuis 1984 et (en intermittence) à l’Université Rennes 2 depuis depuis 1996 ?

    Ok combien d’inscrits ?

    Et surtout pourquoi ne reconnaissez vous pas qu’il y a très peu d’inscrits adultes et consentants pour suivre des cours de gallo dans le cadre de cours du soir au cercle celtique de rennes par exemple ? ( 5 , 6 personnes ?)

    Voila...ce serait des éléments importants...surtout si on les met en parallèle avec ceux des cours de breton (cours du soir, de journée, stages longs (840 heures) et courts (35 h) ....ce serait honnête....

    ceci étant dit franchement oui la municipalité doit mieux faire.

    cordialement

    Jojo

    Répondre à ce message

  • De la justice pour le gallo ! 15 juin 2012 15:19, par tan an noz

    C’est étrange, j’habite à Rennes depuis 6 ans et je n’ai jamais entendu parler gallo dans mon entourage. Par contre, souvent je parle breton et j’entends du breton à Rennes.
    On dénombre 185 personnes en cours du soir à Rennes pour l’année 2011.

    Combien il y en a-t-il pour le gallo ? Où est l’offre ? Où est la demande ?

    Répondre à ce message

    • De la justice pour le gallo ! 18 juin 2012 12:33, par dour an deiz

      Les 2 derniers messages oublient totallement qu’une des réussites du militantisme linguistique pour le breton à été de dénégativiser (c’est pas fait entièrement) la langue bretonne et de lui redonner une légitimité. Ca s’est fait dans le temps et ça reste à être fait pour le gallo ! Pour moi tout militant linguistique sincère dans sa démarche devrait y oeuvré. Là, voir des gens qui veulent mettre en concurence les 2 langues, c’est aberrant. Où est l’offre ? Où est la demande ? (comme si ça sortait de nul part) C’est un capitaliste qui parle ?

      Répondre à ce message

Proposer un complément d'infos

SPIP | Par défaut, SPIP notre CMS est respectueux de la vie privée de ses visiteurs et ne pose pas de cookies de traçages ou publicitaires. Suivre la vie du site RSS 2.0