Accueil du site > Environnement > Coutances (50) Contrairement au 423 pylônes de la ligne THT Cotentin Maine. (...)

Coutances (50) Contrairement au 423 pylônes de la ligne THT Cotentin Maine. Le président du tribunal de Coutances ne se démonte pas

jeudi 22 novembre 2012

STOP THT

Ce matin, 22 novembre 2012, avait lieu une nouvelle audience au tribunal de Coutances où nous devions apprendre si oui ou non, le président du tribunal qui avait refusé de se désister à la demande du préfet allait maintenir sa position.

Si le président du tribunal de Coutances qui présidait lui-même l’audience a concédé que ce n’était pas de son domaine de décider de la validité ou non d’un arrêté préfectoral. De ce fait, ce qui, dans cette affaire, relève de ce domaine devait être effectivement renvoyé devant la juridiction administrative.

En revanche concernant la pénétration et les travaux effectués sans autorisation par RTE sur la propriété de Mme Paingt, cela relève bien de la voie de fait et doit bien à ce titre être jugé par le TGI de Coutances en audience civile.

Prochaine audience le 6 décembre pour le jugement au fond concernant la voie de fait constatée chez Mme Paingt.

Pendant ce temps-là, le préfet a eu la bonne idée d’émettre le fameux arrêté nécessaire aux travaux de la ligne THT Cotentin Maine (vous savez, celle qui est en construction depuis un an !). Cet arrêté s’adresse aux derniers propriétaires qui ont refusé de céder aux pressions, chantages et autres tentatives d’extorsion de signature pour le passage en force de la ligne

Du côté du Chefresne, les pylônes 224 et 225 sont toujours à vendre. Toutes les personnes intéressées sont priées de téléphoner au 02 33 89 70 60 pour en connaître les modalités

Quant au pylône 227, il faudra d’abord évacuer les Osmond et le taureau qui campent sur leurs positions et la parcelle.

Du côté de Beaulieu sur Oudon, là où la ligne Cotentin-Maine doit être raccordée au réseau, le poste de transformation nécessaire à cela n’en est qu’au stade des terrassements (il a fallu un an de travaux pour la construction du poste de Taute dont une pièce a explosé il y a peu). Alors, quand RTE prévoit toujours d’y faire passr du courant début 2013, cela ferait rire si cette société n’avait pas saccagé le bocage normand et détruit la vie de nombreux riverains au nom de « l’utilité publique ».

Proposer un complément d'infos

Par défaut, SPIP notre CMS est respectueux de la vie privée de ses visiteurs et ne pose pas de cookies de traçages ou publicitaires. Suivre la vie du site RSS 2.0