Accueil du site > Syndicalisme / Luttes > Comment gagner la lutte contre la Loi El Connerie

Comment gagner la lutte contre la Loi El Connerie

samedi 12 mars 2016

Comité Syndicaliste Révolutionnaire Bretagne

http://breizh.syndicaliste.fr/spip....

Il nous faut construire un mouvement fort des jeunes et des travailleurs pour avoir le rapport de force et faire céder le gouvernement.

La jeunesse scolarisée peut se mobiliser dans les facs et les lycées pour les mettre en grève et organiser des blocages. Elle ne perd pas de salaire et n’aura pas à subir le risque d’un licenciement. Cet avantage peut permettre de construire un mouvement dans la durée.

Pour les travailleurs, il faut construire la mobilisation. Les syndicats de lutte CGT/Solidaires/FO/FSU avec les organisations de jeunes appellent au retrait du projet de loi et à participer aux rassemblements le 9 mars et 31 mars.

Certains aimeraient une grève généralisée reconductible tout de suite. Nous aussi mais celà se construit.

Contrairement à 2010, les syndicats d’accompagnement CFDT/CGC/CFTC/Unsa/Fage ont déjà rompu le front syndical. Ils jouent le rôle de diviseur en appelant à une manif le 12 mars au lieu du 9 et du 31 mars. La voie est donc libre pour une mobilisation des jeunes, des travailleurs avec le syndicalisme de lutte.

Certains disent que ce sont les bureaucrates qui freinent le démarrage d’une grève généralisée. C’est sûrement vrai pour les dirigeants des syndicats d’accompagnement mais pour nous ce n’est pas le principal obstacle. Le droit de grève permet au travailleur du secteur privé de se mettre en grève tous les jours s’il le veut sur des revendications locales ou générales. Seuls les travailleurs de la fonction publique, du transport… sont freinés par un préavis de grève préalable obligatoire. Ce qui les retient au-delà de la perte de salaire, c’est avant tout la peur : peur de la répression du patron qui se vengera après la grève en poussant à la porte un salarié rebelle et qui peut entraîner les autres.

L’expérience prouve que les salariés se mettent en action beaucoup plus facilement quand il y a un syndicat (même un syndicat d’accompagnement) dans leur entreprise ou leur secteur qui les informe régulièrement et les rassemble. Le collectif de solidarité incarné par le syndicat permet de dépasser la peur individuelle et d’oser lutter face à la direction. Par conséquent la grève généralisée se construit toute l’année par le développement des syndicats de branche et de localités qui s’implantent dans toutes les entreprises de leur secteur et syndiquent également les jeunes et les chômeurs.

En 2010, pour défendre nos retraites, la grève reconductible a été rendu possible là où les syndicats sont forts comme les raffineries, les cheminots, les impôts…

De plus si nous ne voulons pas faire que du défensif, prendre régulièrement des coups donnés par les gouvernements de gauche comme de droite qui servent le patronat, il faut penser un jour à gérer la société nous-mêmes pour en finir avec le chômage et permettre au peuple de vivre de son travail. Cela passera par la socialisation des entreprises et leur gestion par les travailleurs.

Mais pour cela, il nous faudra des équipes syndicales fortes, capables de gérer l’économie de leur secteur. Cela passe aussi par un renforcement de nos syndicats et leur réunification.

Si tous les militants révolutionnaires étaient syndicalistes, les syndicats seraient bien plus combatifs et les bureaucrates rapidement débordés. Les syndicats d’accompagnement comme la CFDT existent et sont influents parce que nous leur laissons le terrain dans les entreprises.

Si nous n’attendons que les mouvements de ras-le-bol comme le CPE touts les 10 ou 25 ans, nous ne ferons que du défensif et les capitalistes continueront d’avancer et de gagner. Il faut que chaque lutte, nous permettent d’accumuler des forces pour ne pas recommencer à zéro à chaque fois mais au contraire être plus forts pour passer à l’offensive.

Nous appelons donc tous les révolutionnaires à faire comme nous, à rejoindre le syndicat de leur branche et localité et à les transformer en outil de lutte quotidienne et d’émancipation collective future. Les futurs travailleurs en formation scolaire, les intérimaires, précaires et chômeurs ont leur place dans un syndicat.

Dans l’immédiat nous appelons les syndicalistes à se coordonner pour construire et amplifier le mouvement contre la Loi Travail. Ceux qui sont intéressés pour se coordonner, échanger les infos peuvent nous contacter.

Comité Syndicaliste Révolutionnaire Bretagne

http://breizh.syndicaliste.fr/spip....

3 Messages de forum

  • Comment gagner la lutte contre la Loi El Connerie 13 mars 2016 13:04, par O conel

    Excellent texte,
    c’est autre chose que les individualités bourgeoises de la maison de l’arnaque, non, je ne dirais pas maison de la grève tant ce nom est un vol à la mémoire ouvrière, qui, eux, plongés dans leur narcissisme prédateur en sont à se repasser en boucle quelques faits d’armes isolés et stériles du genre sceau de merde sur le doyen de la fac !
    Le spectacle intégrale dans toute sa misère, l’éternel pillage culturel de la petite bourgeoisie qui s’approprie les codes des opprimés, alors même que l’offensive bourgeoise n’a jamais été aussi destructrice et demande autre chose que la prétention des faux rebelles, qui accompagnent parfaitement le capital.

    Plus que jamais organisation populaire et révolutionnaire. Que vive le CSR.

    Répondre à ce message

    • La sincérité de l’engagement militant est en lien direct avec l’état du compte en banque de la famille dans laquelle on naît maintenant ? C’est vrai que ça se choisit ça hein, de naître chez les riches ou chez les pauvres, les idées quant à elles sont imposées selon ce choix et restent immuables... C’pas comme si parfois, il pouvait arriver aux gens d’oser penser différemment ou d’aller voir ailleurs comment va la vie.
      Toute cette superbe logique dégainée uniquement pour cracher sur les voisins (qui sont donc tous sans exception pour ce qui est de la MG -merci de donner le nom- des traitres pétés de thunes) et rejeter leur éventuelle bonne volonté, ça fait partie du code des opprimés aussi ?

      Répondre à ce message

      • Comment gagner la lutte contre la Loi El Connerie 16 mars 2016 14:15, par O connel

        Les gogos de la Maison de l’arnaque sont des bons communicants, ils utilisent le marketing comme de vrais bourgeois, au point de vider de sa substance le principe même de la grève, pour en faire une marque capable de satisfaire leur narcissisme.

        Prédation de concept, pillage, le tout dans une pratique qui se veut distante de l’extrême gauche du capital, alors qu’au final, ce qu’ils proposent politiquement et conceptuellement est d’une telle misère conservatrice.
        Le spectacle du sceau en 2009 en pleine offensive bourgeoise est tellement affligeant et tellement révélateur de cette pratique de petit épicier de l’émeute.( que la bourgeoisie sait très bien utiliser du reste. )

        ET je parle de la pratique, de l’esprit politique, pas des origines de tel gus , mauvais procès de racialisme social que tu me fais.

        Répondre à ce message

Proposer un complément d'infos

SPIP | Par défaut, SPIP notre CMS est respectueux de la vie privée de ses visiteurs et ne pose pas de cookies de traçages ou publicitaires. Suivre la vie du site RSS 2.0