Accueil du site > Société > Appel à la mobilisation contre la venue d’Orelsan à Rennes

Appel à la mobilisation contre la venue d’Orelsan à Rennes

samedi 18 avril 2009 (Date de rédaction antérieure : 21 avril 2009).

Une manifestation aura lieu mardi 21 avril, le jour du concert d’Orelsan à Rennes.
Le rendez-vous est fixé à 19 h sur le parking de la clinique la Sagesse (bus ligne 19, arrêt Clinique la Sagesse). Il y aura à partir de ce point de rendez-vous une marche jusqu’à l’Antipode.
La veille, le lundi 20 avril, aura lieu la dernière réunion de préparation de cette manifestation. Celle-ci aura lieu à 19 h au bar-librairie la Cour des miracles, 18, rue de Penhoët, près de la place Sainte-Anne.


Lettre ouverte aux réseaux associatifs ou institutionnels de lutte contre les discriminations et les violences sexistes et homophobes

Nous vous informons que le rappeur Orelsan est programmé dans différents lieux culturels et notamment dans une Maison des Jeunes et de la Culture de Rennes le 21 avril 2009. Vous n’ignorez sans doute pas que ce chanteur s’est fait connaître par des textes particulièrement violents. Ci-dessous, quelques extraits de ses chansons :

Suce ma bite pour la Saint-Valentin « (…) (Mais ferme ta gueule) ou tu vas t’faire marie-trintigner J’te l’dis gentiment, j’suis pas là pour faire de sentiments J’suis là pour te mettre 21 centimètres Tu seras ma petite chienne et je serai ton gentil maître (…) Excuse-moi miss, laisse-moi dégrader tes p’tites fesses (…) J’bois, baise, jusqu’à c’que t’en sois mal en point (...) J’aime pas celles qui avalent, j’aime celles qui font des gargarismes Celles qui ont su rester enfants, j’les soutiens dans leur combat d’femmes Vis le sexe comme un conte de fées, depuis qu’j’ai mon BAFA J’respecte les shneks avec un QI en déficit Celles qui encaissent jusqu’à finir handicapées physiques (...) Viens bébé on va tester mes nouvelles MST ! »

Etoiles invisibles « C’est pas en insultant les meufs dans mes r’frains que je deviendrais quelqu’un mais j’aime bien. »

Sous influence « J’rêve de péter les dents d’l’autre pétasse des Pussycat Dolls »

Changement « Maintenant les meufs portent du Vuitton, des grosses lunettes dorées Avant c’était qu’pour les vieilles putes blondes décolorées Les gars s’habillent comme des meufs et les meufs comme des chiennes Elles kiffent les mecs effeminés comme si elles étaient lesbiennes »

Différent « J’finirais par acheter ma femme en Malaisie Les putes à blog sont plus bonnes en photos qu’dans la vrai vie Nan, j’suis pas un produits marketing J’suis sensible, j’me sens sale après avoir été voir les filles (...) Renseigne toi sur les pansements et les poussettes J’peux t’faire un enfant et te casser l’nez sur un coup de tête Poulette pourquoi tu veux pas sortir avec moi ? J’adore passer par les p’tits trous j’adore me sentir à l’étroit »

Courez courez « Petite, essaie pas de me fréquenter Ou tu va perdre ton pucelage avant d’avoir perdu tes dents de lait (...) J’suis pour de vrai de vrai, j’dis c’que j’pense, j’pense c’que j’dis Tout ce que j’écris c’est du premier degré, hé ! (...) Les féministes me persécutent, me prennent pour Belzebuth Comme si c’était d’ma faute si les meufs c’est des putes Elles ont qu’à arrêter de d’se faire péter l’uc Et m’dire merci parce que j’les éduque, j’leur apprends des vrais trucs. Des fois j’sais plus si j’suis misogyne ou si c’est ironique j’serai peut-être fixé quand j’arrêterais d’écrire des textes où j’frappe ma p’tite copine Tous les jours mon boss menace d’me virer d’mon taf ma voisine me casse les couilles alors j’menace de tuer son chat (...) Cherche pas, la mienne est plus grosse que la tienne ! J’parle de la chienne que j’ai fait aboyer la veille J’me rappelle plus de sa tête, j’sais juste qu’elle était dégueulasse J’ai mal au dos j’ai dormi par terre, parce qu’elle prenait 2 places »

Sans les commenter plus qu’ils ne le méritent, vous pouvez constater la manière dont Orelsan banalise les violences physiques, les viols, la transmission volontaire des infections sexuellement transmissibles et le meurtre des femmes qui ne répondent pas aux exigences de certains hommes dont OrelSan se fait le porte-parole. A cela, il faut encore ajouter l’homophobie et la pédocriminalité.

Des personnalités, des institutions, des associations se sont déjà manifestées, y compris auprès des Procureurs de la République, pour demander la déprogrammation de ce chanteur, exiger le retrait des chansons sur internet : Valérie Létard, secrétaire d’État chargée de la Solidarité, Christine Albanel, ministre de la Culture, Guy Geoffroy, vice-président de la commission des lois à l’Assemblée nationale, des délégations des droits des femmes des assemblées parlementaires, l’Observatoire de la parité, l’association Élu/es Contre les Violences faites aux Femmes (ECVF), des collectifs de défense des droits des femmes, des délégations régionales aux droits des femmes et à l’égalité, des chargées de mission à l’égalité dans l’Éducation nationale, des élu-e-s, tel François Bonneau, président de la région Centre, des universitaires, des réseaux d’accueil et d’accompagnement des femmes, des associations de lutte contre l’homophobie. Des responsables de salles culturelles ont déjà réagi en déprogrammant Orelsan : le Confort moderne à Poitiers ou Le Botanique à Bruxelles.

La demande de déprogrammation d’Orelsan des scènes musicales financées par des fonds publics ne peut être considérée comme une atteinte à la liberté d’expression. En effet, la liberté d’expression, telle qu’elle est internationalement reconnue, connaît une limite : l’appel à la haine et au meurtre. Cette limite lui donne un sens et permet à la démocratie et au vivre-ensemble d’exister. Or, les textes précédemment cités ont largement franchi cette ligne rouge.

Nous vous incitons à vous exprimer, en utilisant cette lettre ouverte, auprès des Procureurs de la République (notamment en vertu de l’article 225 du code Pénal), de la Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l’Égalité (HALDE), de la présidence de la MJC Antipode Cleunay de Rennes, des institutions (Direction Départementale de la Jeunesse et des Sports, Conseil Économique et Social Régional), des associations spécialisées ou généralistes. Nous vous demandons également de diffuser largement cette lettre ouverte.

Des associations, des femmes et des hommes engagé-e-s dans la lutte contre toutes les discriminations et la lutte pour l’égalité.

Premiers signataires : Annie Guillerme, présidente de l’Union régionale des Centres d’Information sur les Droits des Femmes et des Familles (CIDFF) ; Annie Junter, juriste, universitaire de Rennes 2, membre de l’Observatoire de la parité, membre du Conseil régional de l’égalité en Bretagne ; Brigitte Rocher, directrice du Mouvement Français pour le Planning Familial d’Ille-et-Vilaine (MFPF 35) ; Nicole Guenneuguès, chargée de mission à l’égalité filles garçons, rectorat de l’académie de Rennes ; Mix-Cité Rennes ; Mix-Cité Nantes ; Maxime Apostolo, directeur et fondateur de Pulsart, association nationale d’actions artistiques et culturelles agissant auprès d’une jeunesse exclue et discriminée, habitant du quartier Cleunay de Rennes ; Gwénaëlle Poilpot-Rocaboy, universitaire, université de Rennes 1 ; Claude Schopp, directeur de quartiers, Ville de Rennes, militant associatif et syndical ; Lydia Jardon, pianiste ; Anne Raffray, juriste ; Jean-Yves Ménard, psychologue ; Ali Aït Abdelmaleck, sociologue ; Philippe Graffion, chef d’entreprise ; Ghislaine Doniol-Shaw, chercheuse ; Sylvie Le Clech-Ropars, chef d’entreprise ; Françoise Milewski, économiste ; Nicole Roux, sociologue ; Sébastien Watel, Réalisateur ; Marion Huet, militante féministe ; Silvia Bannenberg, militante féministe ; Francis Meslin, militant féministe ; Jenny Olsson ; Eric Dumanchin-Aubry ; Annemarie Sarlin-Rush, militante féministe ; Rozenn Le Gal ; Sandrine Etienne, militante féministe ; Marie-Joëlle Bouyat ; Sylvain Tornior ; Marilyn Degrenne ; Patricia Revault ; Claire Martin, militante féministe ; Emilie Le Frère, assistante d’Anglais ; Lydie Porée, militante féministe ; Mix-Cité Orléans ; Monique Lemoine ; Florence Montreynaud ; les Chiennes de garde ; Colette Cosnier, écrivaine ; André Hélard ; Evelyne Guirriec, consultante ; Cyrille Morin, doctorant en sciences de l’éducation ; Stéphanie Courtois, responsable association éducation populaire ; Danièle Botrel, militante éducation populaire ; Marine Bachelot, auteur et metteur en scène ; France Cléret, chargé de mission pour une association artistique et culturelle travaillant auprès de la jeunesse ; Caroline Ablain ; Florian Havard ; Isabelle Pouget ; Alice Bonnet ; Marie-Annick Loubard, infirmière ; Sophie Querin ; Roseline Amelot, conseillère municipale de Saint-Nazaire ; Françoise Mahé, enseignante ; Marie-Elisabeth Allaire ; Christelle Dutey, voyageuse ; Juliette Rouly ; Jocelyne le Boulicaut, responsable politique ; Orane Guéneau, militante féministe ; Florian Pontais, militant Sud étudiant ; Virginie Trahand, militante féministe ; Fanny Bugnon, historienne ; Franck Croissant ; Joselyne Petit ; Catherine Lacroix ; Simona Tersigni ; Cécile Dumazeau ; Mix-Cité Toulouse.

Pour être signataire de cette lettre ouverte, merci d’envoyer un mail à cette adresse : mixciterennes yahoo.fr

« On ne naît pas féministe, on le devient »

Mix-Cité Rennes Mouvement mixte pour l’égalité entre les sexes

féministe, anti-sexiste, mixte et internationaliste

http://mixcite.rennes.free.fr

3 Messages de forum

  • Merci d’avoir bloqué l’entrée du concert, désormais en France pour avoir accès à la culture il faut se battre et accepter de rentrer chez soi avec des contusions et des vetements déchirés. Je comprends totalement que certaines personnes aient été choquées par les propos tenus par le rappeur Orelsan dans son texte, en effet même s’il s’agit là d’une oeuvre de fiction, le second degrè présent dans ces propos peut être mal interprété par ceux qui n’ont pas le recul nécessaire.
    Mais lors de ce concert il y avait également le groupe zone libre, casey, hamé, des artistes aux textes forts, avec un contenu politique et un engagement honorable, l’un des rares contre pouvoirs dont la parole reste libre dans notre pays.
    Le fait de bloquer l’entrée du concert était donc un acte liberticide, on peut faire passer un message autrement qu’en imposant la censure, ( par la distribution de tract à l’entrée par exemple) ces méthodes rappellent en effet des périodes sombres de l’histoire du XXe siècle, les régimes totalitaires.
    Je pense également que les combats défendus ici sont peu ambitieux, que les manifestations sont orchestrés par des associations ou des mouvements qui ne se focalisent pas sur les combats les plus graves, car si s’engager contre le sexisme c’est bloquer un concert d’Orelsan, l’ambition des manifestations est bien mince, Je pense qu’une grosse manifestation à l’échelle nationale pour dénoncer la légalisation du viol en Afghanistan est bien plus importante, mais les associations ne font rien contre cela, il vaut mieux s’attaquer a un petit rappeur normand. Au regard de la violence qui nous aient imposée chaque jour au travers des différents médias à mon avis la manifestation et les moyens employés hier soir étaient vraiment illégitimes ! Mobilisez vous pour des combats de grande ampleur si vous souhaitez voir le monde changer !

    Répondre à ce message

    • Avec tes références niveau collège « cela nous rappelle...les régimes totalitaires » tu es particulièrement convaincant, tiens bizarre tu ne nous as pas sortie le refrain habituel de la « liberté d’expression » qui a souvent bon dos. Tu voulais voir ton petit concert pénard sans te poser de question voilà tout et maintenant tu nous sors la déclaration des droits de l’homme...En plus de ça tu nous ramènes une caution : « zone libre », « alors tu vois y avait zone libre avec orelsan donc c’est forcément du second degré, les gens y sont bêtes y comprennent po... » Au passage ils tenaient à programmer orelsan pour être sur de faire le plein.

      Et puis les discours genre : allez défendre des causes plus importantes genre les femmes violées en afghanistan et allez voir ailleurs zou on dégage ya rien à voir en France il ne se passe rien ça me fait bien marrer. Orelsan et les mecs du genre font plus de dégâts dans les têtes des lycéens et font perdurer les clichés, la violence à l’égard des femmes dans la société.

      Répondre à ce message

      • Non non, rassurez vous, les lycéens ne prennent pas ca au premier degrés, ils savent faire la part des choses et réfléchir sur les textes qu’ils écoutent...
        Et les collégiens aussi d’ailleurs...
        En fait, je crois bien qu’il n y a que vous pour être suffisamment déconnecté de la réalité et de la musique pour ca...

        Et l’Aghanistan c’est une chose, mais soit vous tenez à en rester à la France...
        Mais dans ce cas là vous devez savoir que pas plus tard qu’il y a une semaine, se tenais l’ Equal Pay Day francais...
        Mais où diable étaient vos manifestations vos buzz et vos coups de gueule revendicatifs ce jour là ?!
        Nulle part !
        Vous n’avez pas même bougé le petit doigt, trop occupez que vous étiez à polémiquer dans le vide et à organiser des manifestations débiles et disproportionnée pour censurer un artiste au hasard que vous êtes incapables de comprendre...
        Définitivement votre combat prétendument féministe est à côté de la plaque, et de surcroit complétement ridicule et contre-productif !

        Répondre à ce message

Proposer un complément d'infos

Par défaut, SPIP notre CMS est respectueux de la vie privée de ses visiteurs et ne pose pas de cookies de traçages ou publicitaires. Suivre la vie du site RSS 2.0