Accueil du site > 8. Syndicalisme / Luttes > « Alliance » : une dizaine de provocateurs le 22 mai !

« Alliance » : une dizaine de provocateurs le 22 mai !

jeudi 31 mai 2018

Les syndicats SUD-Solidaires ont volontairement pris le temps d’enquêter sur les quelques incidents qui se sont déroulés lors de la manifestation intersyndicale du 22 mai 2018 relative à la défense des services publics et de la fonction publique.

Une première provocation !

Alors que l’ordre du défilé des syndicats est cadré par le résultat réalisé par chacun des syndicats aux élections professionnelles de la fonction publique (ce qui donne CFDT, CGT, FO, Solidaires, FSU, UNSA, CGC-alliance), un groupe d’une dizaine de personnes d’Alliance s’est installé derrière FO et devant Solidaires. Ils ont fait passer devant une camionnette de matériels plus ou moins appropriés.

Une deuxième provocation !

Non contente de ne pas être à sa place dans le cortège, la dizaine de provocateurs a installé sa camionnette devant une grande maquette d’un bureau de Poste que tenaient les facteurs en grève pour organiser une collecte de soutien sur le trottoir à proximité des « champs libres ».

Le but de cette manœuvre était évidemment de masquer les facteurs en grève aux manifestants qui arrivaient petit à petit afin de saboter la collecte de solidarité. Il est vrai que 2 ou 3 policiers d’alliance présents le 22 mai avaient participé à la dispersion manu militari de rassemblements de facteurs grévistes devant les bureaux de poste les semaines précédentes !

Une réaction très compréhensible !

Les manifestants de plusieurs syndicats représentatifs ont demandé à la dizaine de membres d’alliance de se positionner à la queue du cortège. Ceux-ci ont refusé d’obtempérer devenant agressifs menaçant les manifestants avec la hampe de leurs drapeaux et d’une banderole.

Des syndicalistes de tous bords et des étudiants les ont repoussés jusqu’à la rue de l’Alma et la compagnie départementale d’intervention de la police nationale en tenue est venue les récupérer.

A la suite de cet incident, trois personnes ont été interpellées au petit matin du 30 mai puis placées en garde à vue jusqu’à jeudi midi. Elles sont convoquées au tribunal le 5 juillet 2018 pour selon la police avoir entravé la liberté de manifester et pour outrage envers des personnes dépositaires de l’autorité publique.

Or, il faut noter que plusieurs autres policiers qui ont manifesté sous la bannière de FO ce 22 mai 2018 n’ont pas été agressés et n’ont pas été inquiétés.

Il va de soi que ces poursuites confirment la volonté préméditée de la part de quelques membres d’alliance de faire de la provocation à l’encontre d’une manifestation pacifique de fonctionnaires et d’étudiants du 22 mai. Le syndicat « alliance » a même commis un communiqué mensonger (O-F du 24 mai) qui désignait un représentant syndical « connu pour ses prises de position anti-policier » comme étant responsable de cet incident.

Ce syndicat s’est illustré à Rennes en manifestant au côté du Front National le 17 janvier 2017 son soutien aux policiers soupçonnés d’avoir tiré au LDB40 et d’avoir éborgné un étudiant rennais le 28 avril 2016.

Cet incident est donc de la seule responsabilité des provocateurs du syndicat alliance classé à droite voire à l’extrême droite.

L’union syndicale Solidaires 35

Proposer un complément d'infos

SPIP | Par défaut, SPIP notre CMS est respectueux de la vie privée de ses visiteurs et ne pose pas de cookies de traçages ou publicitaires. Suivre la vie du site RSS 2.0