Accueil du site > Politique > Actus anars 56 du 15 novembre 2015

Actus anars 56 du 15 novembre 2015

dimanche 15 novembre 2015

Salut,

Face à la venue de Le Pen à Vannes ce vendredi 20 novembre, comme il semble y avoir du monde à se mobiliser, on part pour une manifestation de l’Esplanade du port (18h30) au Parc Chorus. Manif de nuit donc !

Voici l’appel propre au collectif antifasciste du Morbihan. Vous trouverez ensuite un communiqué d’un groupe de la fédération anarchiste sur les attentats de vendredi soir et un lien vers d’autres textes sur le sujet publiés sur le site de la FA, puis un témoignage de manifestant-e-s de Pontivy face au rassemblement d’Adsav (extrême-droite indépendantiste bretonne) samedi 14 novembre, qui ont subi les violences de ce groupuscule. Enfin il y a quelques brefs ajouts et modifications à l’agenda précédent.

@narcha salutations. S. pour le groupe libertaire Lochu et la liaison Vannes de la fédération anarchiste http://anars56.over-blog.org/


Collectif antifasciste du Morbihan :

Le 20 novembre prochain, le Front national organise à Vannes un meeting avec la présence inédite de Marine Le Pen. Le CV de ce parti politique n’est plus à faire, nous le savons nationaliste, raciste, xénophobe, sexiste, et en phase avec toutes les valeurs haineuses de l’extrême droite. La tenue d’un meeting de cette importance en Bretagne relève par ailleurs d’un contexte particulier qui doit toutes et tous nous alarmer.

Le FN n’a jamais été ici chez lui et ses scores aux élections y sont toujours inférieurs à la moyenne française. A l’approche des élections régionales, il entend conquérir un nouveau territoire pour accélérer toujours plus sa marche vers le pouvoir. C’est dans ce but que les dirigeants locaux du FN tiennent à faire venir à Vannes la dirigeante du parti. Nous connaissons déjà un contexte inadmissible de banalisation des idées d’extrême droite dans la société, et voilà que maintenant le FN veut s’afficher en grande pompe dans notre ville et nos quartiers.

Toute personne qui lui résiste ou qui, sans s’y opposer, ne convient pas au FN est ressentie comme une menace par ce parti. S’il accède au pouvoir, il fera tout pour les réduire au silence. Les femmes, en particulier, sont visées par le programme du FN, lequel, en prônant la culpabilisation et la restriction du droit à l’avortement, veut les empêcher de disposer librement de leur corps. Par ailleurs, c’est contre l’émancipation globale des femmes, comme celle de toute minorité opprimée que se place le FN. L’histoire démontre que lorsque un gouvernement autoritaire accède au pouvoir, peu importe qu’il soit en costume rassurant derrière un bureau ou en rangers dans la rue, il déploie la violence contre toutes et tous, au nom du fanatisme de son idéologie haineuse.

Parce que nous voulons une société de solidarité, de liberté, de justice sociale, riche en diversité culturelles et en singularités, accueillante et ouverte aux autres. Parce qu’il ne saurait avoir d’étranger sur terre et que l’être humain est libre de circuler et de s’installer où bon lui semble. Parce que nous voulons décider nous-mêmes de notre avenir, en autogestion. Parce que pour éradiquer la misère et l’exploitation, le racisme est un problème et l’égalité sociale et économique une solution. Parce que la liberté de vivre, quand elle est menacée, prime sur la liberté d’expression, lorsque celle-ci vise à opprimer.

L’antifascisme est l’affaire de toutes et de tous, il n’appartient qu’à nous, individus de tous horizons, militant-e-s ou non, de faire barrage à cette ascension alarmante du FN. N’attendons pas la victoire finale de ce parti pour nous mobiliser, dès le 20 novembre, rassemblons un cortège dynamique et populaire pour gâcher la fête du FN. Ce parti doit comprendre qu’il n’est pas le bienvenu, ni ici ni ailleurs, et que la moindre de ses apparitions publiques sera ouvertement contestée. La mobilisation antifasciste s’impose aujourd’hui comme une urgence et une évidence, face au FN comme face à tous les autres groupuscules d’extrêmes droites qui se développent grâce à lui. Une fois encore, partout et toujours, rappelons-leurs ce mot d’ordre : fascistes hors de nos vies !

Collectif antifasciste du Morbihan


http://justelibre.noblogs.org/post/...

Attentats de Paris du 13 novembre 2015

Le 13 novembre 2015, la région parisienne a été la cible d’attaques terroristes faisant au moins 129 victimes massacrées au nom d’un mensonge nommé dieu. Nous condamnons ces atrocités avec fermeté. Nous exprimons toute notre douleur et notre soutien aux proches de celles et ceux qui ont perdu la vie. La réponse des personnes qui agissent au nom de cette autre fiction qu’est l’État n’a pas tardé. Unité, état d’urgence, surveillance, guerre. Nous refusons cet appel à l’unité derrière l’État. Les libertés sont le fait de la société et non pas d’institutions se plaçant au-dessus d’elle. Elles ne sont jamais définitivement acquises. Elles méritent un combat permanent et un perpétuel développement. Après l’unanimisme et les manifestations massives de janvier 2015, tout le monde est rentré chez soi. L’État a géré la situation avec sa logique autoritaire qui ne garantit rien. Pas même, preuve en est, la paix et la sécurité dont il se déclare le gardien. La liberté implique le respect et le refus de dominer. Les identités sont multiples et mouvantes. Nous ne réduisons pas les individus à leurs seules dimensions de croyants ou non croyants.

L’intégrisme islamique est un instrument de domination totalitaire et ultra-patriarcale. Quand bien même il s’agirait d’une réponse à l’oppression, la fin ne justifie pas les moyens. Des États théocratiques et des forces politiques ou économiques puissantes se réclament ou appuient plus ou moins officiellement l’islamisme. Nous avons affaire à des fous furieux qui, avec ou sans interventions de puissances extérieures veulent créer un empire (ou un califat), méprisent le reste du monde et veulent le soumettre à leur loi. La très grande majorité des musulman-es aspirent à pratiquer leur religion en paix et ne reconnaissent rien de ces meurtres dont elles/ils sont aussi les victimes. Parmi les ennemi-es de l’islamisme figurent les musulman-es qui se positionnent en faveur de la laïcité. Il faut soutenir les personnes d’origine africaine et orientales qu’elles soient croyantes, agnostiques, athées ou antithéistes qui œuvrent à une critique des menaces que fait peser l’intégrisme islamique sur la liberté et la justice.

Une ambiance xénophobe règne dans le pays depuis longtemps. L’antisémitisme et le traitement particulier de l’islam comme s’il s’agissait d’une religion « à part » planent comme un spectre au-dessus de tous les débats. L’extrême-droite qui n’a de cesse de monter en France est ouvertement contre les musulmans. Elle charrie aussi avec elle une « tradition » antisémite répugnante. L’État par sa politique impérialiste, raciste, sexiste et sécuritaire porte une lourde responsabilité. Entre 2000 et avril 2014, 127 personnes la plupart issues de l’immigration ont été tuées lors d’interventions policières. 17 lois portant sur la lutte contre l’insécurité ont été votées. La police française inflige des traitements humiliants à des personnes qu’elle suppose, au faciès, être musulmanes. Elle a tué un manifestant à Sivens dans le Tarn, il y a plus d’un an. Le mouvement social est sans cesse criminalisé. L’arsenal policier utilisé s’est considérablement perfectionné. Les législations d’exception concernant la lutte contre le terrorisme entraînent un arbitraire dangereux justifié par un état de guerre. Car la France intervient en Libye, au Mali, en Irak, en Afghanistan, en Syrie. Plus loin de nous des massacres se produisent dans l’indifférence. Ni racisme, ni guerre de religions, ni patriarcat, ni État, ni capital. Nous appelons à nous réapproprier la liberté et la justice que les pouvoirs sacrés – étymologiquement la hiérarchie – bafouent chaque jour.

Liaison de Martigues de la FA

Lire d’autres textes d’organisations anarchistes internationales sur le site de la fédération anarchiste : http://www.federation-anarchiste.org/


Pontivy manifestation Raciste

Témoignage de quelques personnes présentes lors de la manifestation d’ADSAV de ce samedi 14 novembre.

A 14h15, un rassemblement à l’appel d’ADSAV, parti extrémiste et nationaliste breton, comptant environ 200 personnes, a démarré sur la Place Aristide Briand. Selon la Municipalité, celui-ci a été autorisé par la Préfecture. Rapidement les slogans xénophobes et haineux se sont mêlés aux fusées, fumigènes et pétards en direction de la Sous-Préfecture pendant 15 minutes sans réactions visibles des forces de l’ordre.

Dans le même temps en haut de la place, à distance, une trentaine d’habitants de tous âges se sont réunis symboliquement et pacifiquement scandant des slogans : « Pontivy solidaire des immigrés et solidaire des sans papiers », « Pas de fascistes ici »... Pendant ces 10 minutes, les forces de l’ordre en effectifs réduits (environ 30 policiers pour 200 manifestants violents) ne se sont pas interposées.

Les militants fascistes ont déferlé armés de fusées de détresse, de bâtons et de bombes lacrymogènes vers les contre-manifestants et les passants, faisant preuve d’un déchaînement de violence aveugle en plein centre ville : rouant de coups plusieurs personnes à terre, lançant des fusées de détresse dans leur direction avec une réelle volonté d’en découdre.

Les contre-manifestants et les passants n’ont eu d’autres solutions que de se réfugier dans les commerces afin de se protéger. Les forces de l’ordre ont été dépassées par les événements et le groupe ADSAV, a tout de même pu défiler dans les rues de Pontivy.

Nous tenons à souligner l’élan de solidarité dont ont fait preuve les commerçants, accueillant et protégeant les personnes choquées et atterrées, les personnes âgées et enfants désorientés.

Nous ne pouvons que déplorer que les autorités, notamment la préfecture, aient autorisée, une telle manifestation dans un contexte d’état d’urgence, sachant la violence dont fait preuve systématiquement ce groupuscule xénophobe.

Nous dénombrons des blessés et agressions : plusieurs personnes rouées de coups à terre dont une personne brûlée par un fumigène, un jeune adolescent qui s’est fait asperger par une bombe lacrymogène à quelques centimètres du visage, une femme agressée et dénudée... Trois personnes minimum ont été évacuées par les pompiers sous protection des forces de l’ordre.

A l’heure ou nous écrivons ce communiqué, la manifestation s’est dispersée mais l’on peut craindre des nouvelles violences en soirée de la part de petits groupes alcoolisés.

Au vu des premiers comptes-rendus dans la presse, nous souhaitons apporter quelques précisions : 1) Le militant d’Adsav brûlé à la main s’est blessé lui-même en utilisant un engin explosif. 2) Il n’y a pas eu « des altercations » mais une ruée soudaine de la majorité de la manifestation d’Adsav vers des manifestants pacifiques qui n’ont eu que la possibilité de fuir sans pouvoir se défendre. 3) Nous informons les journalistes que le site internet Breizh info fait partie de la mouvance d’extrême-droite bretonne et que l’on ne peut s’y fier.

Lire aussi l’article de France Bleu : https://www.francebleu.fr/infos/soc...


Vendredi 20 novembre - Lorient - Le Collectif pour une Alternative Libertaire (CAL) de Lorient organise dans le cadre des mobilisations anti-COP 21, une réunion publique intitulée « L’urgence écologique : sortir du capitalisme ! » à la Cité Allende. 19h00. https://www.facebook.com/alternativ...


Mercredi 18 novembre - Guéméné sur Scorff (56) - Projection du film « Vivant ! », avec le réalisateur. Au ciné Roch. 19h30 http://vivant-film.com/


Mercredi 25 novembre - Guéméné sur Scorff (56) - Projection du film « Le bouton de nacre », avec un exilé politique chilien de la première heure (1973). Au ciné Roch. http://www.allocine.fr/film/fichefi...


Annoncée initialement le mercredi 18 novembre, la réunion publique de la FA Rennes aura lieu mercredi 2 décembre :

"Les Anarchistes s’invitent dans les élections régionales... Réunion - débat « Le régionalisme en Bretagne à l’heure de la territorialisation ». 20h. Maison de quartier de Villejean (salle Rosalie), 2 rue de Bourgogne, Rennes métro Villejean (près Avenue Winston Churchill).

"Depuis une vingtaine d’années, une certaine idée de la Bretagne a le vent en poupe : celle d’une région restée authentique peuplée d’habitants au caractère bien trempé. Cette image de la Bretagne est utilisée comme argument de vente par des patrons regroupés sous le label « Produit en Bretagne » dans l’Institut de Locarn, dont l’ultralibéralisme ferait presque passer le MEDEF pour un repaire de gauchistes. Cette image sert de camouflage à un projet politique hautement réactionnaire qui se décline sous de nombreux aspects. Il est essentiel de s’informer et de débattre afin de saisir les enjeux de la régionalisation et de la métropolisation en marche avec les élections des 6 et 13 décembre prochains dans le cadre du projet de territorialisation du fonctionnement gouvernemental. Nous vous invitons donc à venir débattre de quelle région nous voulons pour l’avenir : une Bretagne ancrée dans une « Europe des Régions », ou une région qui regarde en face l’exploitation grandissante d’une partie de la population au profit d’une minorité ? Un territoire fantasmé et inter-classiste qui accentuerait l’exploitation ou une fédération de Communes libres, elle-même fédérée à un ensemble plus vaste ? Si nous repoussons l’ethno-régionalisme comme un danger mortel, quelles perspectives de luttes nous donnons-nous ? Pour quelle émancipation ? Faut-il passer par les urnes ? Paul Boino, universitaire spécialiste de la ville, exposera les enjeux de la régionalisation, auxquels nous articulerons la situation spécifique de la Bretagne et les luttes en cours. Un débat suivra."


Proposer un complément d'infos

SPIP | Par défaut, SPIP notre CMS est respectueux de la vie privée de ses visiteurs et ne pose pas de cookies de traçages ou publicitaires. Suivre la vie du site RSS 2.0