Accueil du site > Société > [29] De la galère de se loger à Brest et ailleurs...

[29] De la galère de se loger à Brest et ailleurs...

mardi 6 novembre 2018

lu sur : https://bourrasque-info.org/spip.ph...

Comment l’État, Brest Métropole Habitat, les sociétés immobilières et les riches font leur beurre sur le dos des pauvres.

Ce texte est un énième récit perso de galère, né du seum de pas trouver un appart pour se loger à Brest. Je suis une personne «  précaire  » mais avec une situation plutôt tranquille finalement, je touche les allocs chômage et suis éligible au RSA. Des amiEs m’hébergent, je ne connais pas la rue, mais voilà c’est la galère de se trouver un logement.
Pourtant, Brest, un torchon local titrait en 2013 : «  6000 logements vacants  »  ! Que se passe-t-il alors  ??

Bein en fait plusieurs choses.

L’État et les sociétés immobilières se démerdent pour toujours emmerder un peu plus les précaires, dernièrement avec la mise en place d’un cadre légal autour d’une police d’assurance dédiée aux propriétaires. La nouvelle «  garantie des loyers impayés  » (GLI), système d’assurance encadré légalement qui permet aux proprios de toucher automatiquement une compensation en cas d’impayés de la personne locataire. Une aubaine pour les multinationales qui peuvent faire du biff’ OKLM tout en s’assurant de mettre les personnes sans salaires dehors. Parce-qu’en effet avec une telle assurance il faut s’assurer que la personne locataire «  satisfasse à des conditions précises de ressources  », en gros ai un salaire et pas une allocation comme seule rentrée d’argent. Ceci car lors d’un impayé, un dossier est constitué et transmis par voie express à la justice. Cette dernière se chargeant illico-presto de tirer des thunes à la personne pauvre : en effectuant une retenue sur salaire. Et vu que les allocations chômages ou le RSA ne sont pas considérés légalement comme des revenus, bye-bye l’appart.

La bonne vieille mairie gauchiasse (le PS c’est bien ça  ?) avec Fanchouille (réélu 3 fois depuis 2001, joli score) est quant à elle bien trop occupée à spéculer sur le parc immobilier communal, à faire des montages sympas niveau thunes avec le promoteur Lamotte (elle même à la recherche de la cloche perdue), ou à virer des réfugiéEs des squats ouverts dans le coin. Loger les pauvres c’est pas rentable, mieux vaut monter des programmes de vente, favoriser la gentrification raciste avec tymmo.fr, plutôt qu’aider les personnes dans la merde à trouver un lieu pas trop naze où habiter. En plus aujourd’hui tout est numérisé et la gestion du logement social se fait uniquement en ligne depuis un portail dédié géré par le département. Plus possible d’avoir d’interlocuteurICE, il faut comme pour le chômage pointer et répondre sous 48h aux propositions faites. Mon dossier est complet, la paperasse est à jour (je suis privilégié, j’ai un ordinateur, un accès internet et je sais m’en servir) mais voilà, 1 mois plus tard, 0 nouvelles.

Les sociétés immobilières, Nexity, Guy Hoquet, LaForet, Square Habitat, ORPI, Stephane Plaza, etc, sont main dans la main avec les riches propriétaires terrienNEs locaux et s’assurent de dissuader un max les pauvres de se trouver un endroit. En 3 ans, les tarifs des logements locatifs ont augmentés d’environ 30% sur la commune (étude novembre 2018 LeBonCoin-OnSenBalekFaiteParMoiMême™), on passe de 450 euros pour 70m2 à 35m2, que ce soit St-Martin, Bellevue ou les 4 moulins. Quand je parle du problème aux proprios dont j’arrive à visiter leurs apparts iels me disent en substance «  je sais que ça a augmenté, mais ce sont les prix de marché  », ah yes, le marché des riches qui se font des thunes sur le dos des pauvres. J’évoque à peine les apparts insalubres visités, comme un au RDC en face de feu-le-super-5. Où à 500 balles par mois, la proprio fini par m’avouer en voyant ma tronche (crasse grasse aux mûrs, dégat des eaux avec les 2/3 du plafond troué dans la sdb...) qu’il ne faut pas que je m’inquiète, elle non plus n’habiterai pas ici. Génial.
C’est sans compter sur toutes les tentatives de disuasion auxquelles j’ai eu à faire, entre les «  on ne prends pas les chômeurEUSEs  », les gens qui te répondent plus une fois que tu explique un peu ta situation ou celleux qui essayent de t’embrouiller en racontant des trucs faux concernant l’accessibilité au logement. Spécial big-up au blondinet en chemisette de chez Square Habitat qui m’a bien embobiné fin septembre, sacré trou de balle ce mec.

Solidarité et soutien aux amiEs en galère, à Brest comme ailleurs.

Proposer un complément d'infos

SPIP | Par défaut, SPIP notre CMS est respectueux de la vie privée de ses visiteurs et ne pose pas de cookies de traçages ou publicitaires. Suivre la vie du site RSS 2.0