Accueil du site > Politique > 2 RDV : ven 12 juin à Lorient, jeudi 18 juin à Vannes

2 RDV : ven 12 juin à Lorient, jeudi 18 juin à Vannes

vendredi 12 juin 2015

Salut du groupe libertaire Lochu et de la liaison Vannes de la fédération anarchiste.


Vendredi 12 juin, 18h- 23h. Salle audiovisuelle, Cité Allende 12 rue Colbert, Lorient

Le Collectif pour une Alternative Libertaire (CAL) de Lorient organise une soirée autour des résistances et de l’expérience politique révolutionnaire en cours au Kurdistan turc et syrien.

REUNION PUBLIQUE RESISTANCES & REVOLUTION AU KURDISTAN

La victoire militaire de Kobanê contre Daesh est la plus connue. Depuis 2 ans, un processus révolutionnaire a cours au Kurdistan syrien et turc. Retours sur cette expérience démocratique et progressiste inédite dans la région. En présence de Medhi, délégué de la Coordination nationale solidarité Kurdistan, en mission en Turquie en novembre 2014 dans la région frontalière de Kobanê ; et de Cem Akbalik, socialiste libertaire kurde. LE PROGRAMME :
- 18h30 : documentaire vidéo Ez kurdim
- 19h30/20h30 : petite restauration
- 20h30 : conférence-débat. Table de presse « Campagne Des Livres pour le Rojava ».


http://anars56.over-blog.org/2015/0...

Jeudi 18 juin, Palais des Arts, 20h00. Vannes. « Les femmes opposées à la guerre en 1914-1918 » Conférence débat et exposition par Didier Giraud

http://www.librairiedialogues.fr/pe...

Soirée organisée par le groupe libertaire Lochu (Vannes) Entrée libre

Si la grande boucherie de 1914-1918 a fait des millions de morts et de mutilés, dans chaque camp, peu se sont opposés à cette guerre industrielle. Contaminée par le virus nationaliste, ne voyant plus qu’il s’agissait d’un affrontement entre blocs capitalistes pour redynamiser et redistribuer les marchés, même une trop grande partie des forces révolutionnaires de l’époque (socialistes, syndicalistes, anarchistes...) a rejoint l’Union sacrée. Ce qui a fait dire à Anatole France « On croit mourir pour la patrie, on meurt pour les industriels ».

Pourtant, dans chaque pays, il y a eu des résistants et des résistantes à ce grand massacre, à la folie militaire des États. Si aujourd’hui l’Histoire officielle accepte de reconnaître les fusillés pour l’exemple, on ne parle du rôle des femmes que comme travailleuses participant à l’effort de guerre. Or, il y a eu des femmes qui se sont opposées dès le début et qui l’ont payé cher, notamment en perdant leur travail et en se faisant emprisonnées.

Cette soirée se propose de présenter ces femmes pacifistes, internationalistes, souvent oubliées de l’Histoire. Quelles ont été leurs actions ? Comment se sont-elles organisées ? Didier Giraud, historien, vient nous présenter leurs combats.

Et peut-être leurs luttes peuvent-elles nous éclairer pour relancer aujourd’hui l’opposition à la guerre et au commerce des armes effectués au nom de la lutte contre le terrorisme ? Pour que vive l’idée de paix et de fraternité universelles.

Lire aussi ces intéressants textes en complément :

Affinité socialement construite entre masculinité et militarisme : http://anars56.over-blog.org/2015/0... (repris au site Entre les lignes, entre les mots)

et la note de lecture de Patsy (Nantes) sur « Trop jeunes pour mourir – Ouvriers et révolutionnaires face à la guerre (1909-1914) » de Guillaume Davranche - Editions L’Insomniaque / Libertalia, 2015 http://patsy.blog.free.fr/index.php...

Proposer un complément d'infos

SPIP | Par défaut, SPIP notre CMS est respectueux de la vie privée de ses visiteurs et ne pose pas de cookies de traçages ou publicitaires. Suivre la vie du site RSS 2.0